18/02/2010

Jeunesse et carnaval ....

Le carnaval, le mardi-gras ..
A Binche un après-midi, de sarabandes, de farandoles, de flirts ...
Je m'en souviens encore !!!

carnaval1

Un sourire de Carnaval.


Ces sourires ! Echangés pendant un bal.
Je revois encore ses yeux bruns brillants
Dans un beau visage éclairé tout souriant.
Je me souviens de cette bouche gourmande
De ces lèvres pulpeuses au goût d’amande.
Du premier baiser que nous avons échangé.
Et de ces mots que je n’ai pas oubliés.
Je me souviens de la chaleur de son corps
Que je serrais contre moi de plus en plus fort.
Ce délicieux moment reste en ma mémoire
Il fut le début d’une brève mais belle histoire.
Il faisait froid en ce jour de fin février.
La neige trainait encore dans les sentiers.
Les rues étaient animées par des groupes
Filles et garçons dansant, chantant en troupes !
Pourtant nous cherchâmes un petit coin tranquille
Loin des bruits et des déchaînements de la ville.
Trouver un endroit pour notre isolement
Et goûter intimement à ce doux moment
D’adolescents découvrant amour et caresses
Age et moment aussi de fausses promesses !
Ces rencontres de carnaval, moments furtifs!
Corps vivant un moment d’amour expéditif.
Qui ne durent que le temps d’un printemps.
Folies de jeunesses que l’on se rappelle longtemps !
Devenu pour notre vieillesse, des souvenirs
Qui laisse encore et toujours un goût de plaisir

08/04/2005

Rêver d'une AMAZONE


Pigmalion



Se souvenir, d'un passé pas très lointain ...
D'un rêve qui ne changea pas mon destin


L'Amazone

Aurais-je rêvé, serais-je réveillé..?
Qui est cette amazone, à la blonde chevelure ?
Qui de ses yeux verts semble me regarder?
Qui est cette femme belle comme la nature?

Qui est-elle, celle qui vient chaque nuit,
De sa présence enchanter les heures?
Qui sans elle, seraient faites d'ennuis
Et qui se transforment ainsi en bonheur.

N'est-elle qu'une image dans mon rêve?
Image que je ne verrai jamais en réalité
N'est-elle qu'une image furtive et brève?
Que jamais je ne pourrai rencontrer.

La douceur de son visage me hante le jour
Je ne peux, parfois, de ses mots virtuels,
Qu'entendre les sons, pour un simple bonjour
Prononcé par ses lèvres sensuelles.

Qu'elle est longue cette attente de te voir !
Ma belle Amazone! mais ce n'est qu'un rêve
Et toutes les nuits sans espoir de te voir
Je continuerai à vivre mon impossible rêve.