20/01/2013

Juste une passage éclair, quelques jours de trève

Hopital.jpg Il peut arriver qu'un silence soit forcé.
C'est un peu mon cas après avoir appris une semaine avant la Noël que j'étais atteint de ce qu'on nomme généralement, ( quel euphémisme !) , " une longue et pénible maladie " dans un état très avancé.

Pourtant jusqu'en octobre je me sentait en pleine forme !.

Mais cela pendant mon séjour prolongé en clinique, quand j'en étais capable, ne m'a pas empèché d'écrire.
Je vous en livre le résultat.

Le silence ….

Quels sont les bruits qui entourent le solitaire.
Passe-t-il sa vie à toujours se taire !.
Quand il peut entendre une mouche voler
Dans les lieux où il ne fait qu’évoluer !
Est-il coupé de toute vie de société ?
Quand l’ermitage devient son intimité !
Mais les bruits qui l’entourent sont la vie.
Car le silence possède ses fantaisies !
Le silence est plus qu’un mot, une chose.
Il n’est pas non plus une sorte de narcose.
Le silence impressionne, s’interprète, vit !
Enfant, le silence en classe nous asservi.
Ne dit-on pas qu’il peut être envahissant.
Un grand silence est parfois impressionnant.
Il peut peser lourdement sur une assemblée
Un silence pesant pour rassembler ses idées.
Il peut aussi se montrer éloquent, approbateur
Mais aussi pour respecter, par simple pudeur.
La musique possède aussi ses silences
Pourtant il est du bruit le signe de l’absence.

« Le silence est d’or » dit un très vieux dicton !
Pour clore parfois une mauvaise discussion.
Car, s’iI est bon de parler, meilleur est se taire.
Ce qui pourrait être le dicton d’un solitaire.
Dans le silence, il y a des mots des paroles,
En parler ici ressemble à une parabole.

03/02/2012

Rêve ou réalité ???

N'était-ce qu'un rêve ?
L'ai-je simplement imaginée ..?
N'est-ce que d'un vécu le souvenir ?
...
Du choix, je vous laisse le plaisir !

erx8raqt.jpg


La passagère ?

Je me souviens d’elle, comme si c’était hier.
Une aventure qui ne dura qu’un hiver !
Elle était venue de son pays lointain !
Notre rencontre serait sans lendemain.
Je pense souvent à toi belle passagère
Je me souviens de ta voix d’étrangère !
Une voix, dont j’entends encore le son trainant.
Tes mots doux qui reviennent lancinant !
Pourquoi cette longue indifférence
Je voudrais savoir pourquoi ce silence ?
Vers toi souvent volent mes pensées !
Et même après toutes ces années,
Tu restes toujours présente à mon esprit.
Avec un beau visage qui me sourit.
Ton regard qui me rendait heureux.
Je revois encore le noir de tes yeux,
Ta bouche délicieusement gourmande
De mes baisers dont tu étais friande !
Tes cheveux noirs encadrant ton visage
Me laissent encore de toi une fidèle image.
De tes iles, tu apportais le bonheur.
Comme du miel, ton amour était douceur.
Et ta peau de velours, sa couleur ambrée
Qu’on pouvait deviner sous ta robe échancrée
Me rappelle les souvenirs de moments câlins
Qui me laisse encore de ton amour orphelin
Que tu étais belle ma charmante amie
Quels souvenirs vivants tu as laissé dans ma vie !

08/11/2009

les souvenirs au bord de la mer

Les sujets de la poésie sont variés, ils peuvent traduire des images, des sentiments, de rêves, des souvenirs ...
La mer n'est-elle qu'un souvenir pour moi ?

J'aime me promener au bord de la mer, sur les plages de la mer du Nord, dans les rochers qui bordent la Méditerranée.
J'aime cette solitude, ce silence brisé par les bruits des vagues ou du ressac dans les rochers
Cette solitude me permet de rêver, de penser, ... de me souvenir ...

bateautempète


La mer

Un week end, sur une plage, je regardais la mer.
De ses vagues, des marins, je devinais l’enfer.
Son apparence trop calme, par absence de vent,
Je regardais la marée monter lentement !
Je me souvenais des récits de tempêtes
Qui peuplaient mes jeunes rêves de conquêtes.
J’avais rêvé visiter les pays lointains
D’aller sur la mer, de devenir un marin !
Je rêvais à ces célèbres navigateurs
Ces grands marins, ces courageux explorateurs
Partis pour découvrir de nouveaux continents.
En osant s’aventurer sur les océans.
Bravant l’inconnu d’une nature sauvage.
Pour aller découvrir de nouveaux rivages.
A bord de frêles bateaux ou de grands vaisseaux
Comme les Magellan, Colomb et autres amiraux.
Mais la mer est aussi source de nourriture
Et pour la récolter, c’est une aventure.
Car la mer est aussi sauvage et hostile !
Elément d’une nature souvent versatile
Que l’homme doit vaincre pour naviguer
Et sur ses flots mouvants oser s’aventurer.
La mer est encore cimetière pour ces marins
Dont les tempêtes, les guerres changèrent le destin.
.......
Mais le bruit des vagues s’écrasant sur la plage
Me sortit de mes rêves, des lointains rivages.
Et revenant aux réalités du présent
Sur la plage j’avais oublié un moment
Que la mer est aussi détente et loisirs
Pour les petits et les grands trouver plaisirs
Et dépaysement pendant leurs vacances.
Et pour d’autres un monde d’espérances !



17:24 Écrit par Aramis-le-rimailleur dans Littérature/Poésie, Mes Reflexions, Scènes de la vie | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : silence, mer, marins, plages |  Facebook |