06/04/2013

Le "crabe" me fait gamberger

Avec ce que je connais aujourd'hui, je ne peux m'empècher de gamberger ...
Encore 6 chimios avant de savoir ce qu'il en est ....???????
Je vous livre le résultat d'une de mes pensées quotidiennes, dont je ne peux m'évader ...???

cancer.jpg



Le crabe …

Un mot qui effraie, qui fait toujours peur !
Un mot qui incarne souffrances et douleurs.
Pourtant nous lui avons donnés divers sens.
Voire même des contre-sens, et des doubles sens
Comme crustacé il peut être souvent péché.
Pour constituer un met très recherché.
Son symbole est aussi un signe du temps
Une période de l’année qui fait suite au printemps.
Mais il porte alors un nom proche de l’enfer
Pourquoi l’avoir appelé ainsi cancer.
Un mot funèbre pour désigner la maladie.
Une maladie sans encore beaucoup de thérapie.
Une terrible maladie qui tue tous les jours.
Contre laquelle l’homme combat depuis toujours.
On lui a donné d’autres noms par pudeur
Pour ceux morts après de longues douleurs.
Le destin à pris ma vie dans ses mains !
Que me réserve-t-il comme nouveau demain ?
En installant un crabe dans mon corps
Voudrait-il programmer déjà ma mort ?
Un crabe qui aurait mission de me détruire !
Un crabe qui veut me priver d’avenir !
Un crabe que je veux vaincre pour encore vivre,
Car de la vie je veux encore être ivre.
Mais parfois le corps ne veut plus entendre
La médecine ne peut plus le défendre
Et face à cette fatalité quand même lutter
Pour espérer des jours de vie encore garder..

09:36 Écrit par Aramis-le-rimailleur dans Genéral, Mes Reflexions, Scènes de la vie | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : crabe, cancer, thérapie, vie, ivre, jours |  Facebook |

28/10/2011

blog en pause

mon blog sera en pause une 15ne de jours ..
ce ne sont pas des vacances ....
A bientôt ...
amicalement

10:49 Écrit par Aramis-le-rimailleur dans Genéral, Scènes de la vie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : blog, vacances, jours |  Facebook |

28/06/2010

La vie, le retour et les doutes

Voilà je reviens, après avoir eu le temps d'une longue réflexion ...
Merci à vous qui êtes venus déposer des commentaires d'encouragement et de rappel de votre amitié ...!!!
lepenseur.jpg

Effacer mes doutes !

Les souvenirs en nos esprits laissent des traces !
Et ce n’est pas en vieillissant qu’ils s’effacent !
Que ce soit les souvenirs de nos amours
Ou ceux qui souvent peuplèrent nos mauvais jours !
Quand on regarde vers nos années bien passées
Ce regard nous rapporte l’image de nos destinées
Une image qui fait naître pour l’avenir des doutes
Un avenir que pour nos enfants je redoute !
Est-ce le prix des erreurs des générations
Qui laisse aujourd’hui un monde en perdition ?
Qu’avons nous fait de nos espoirs, de nos vies
De notre jeunesse, et de se nombreuses folies !
Comment avons nous épuisé les dons reçus ?
Pourquoi laisserons-nous nos héritiers déçus ?
De n’avoir su conserver leurs héritages.
Dilapidé en d’inutiles gaspillages !
Le caractère matériel de notre société
Est-elle la seule responsable de ces erreurs ?
Incapable d’assurer notre bonheur !
Mais maintenant que j’arrive en fin de route
Pourquoi aujourd’hui de ma vie je doute.
Je doute de ma vie et de ses réalités !
Je doute des amis et de leur amitié !
Je doute d’avoir mené les bons combats !
Je doute d’avoir cautionné les bons débats !
Car que fut ma vie, trop de tolérance,
De permissivités et fausses espérances !
Espérance d’un présent riche et trop prospère
D’un présent fait d’abondance et de misères.
Misères ignorées, cachées pour mieux masquer
Des hommes corrompus qui ne veulent pas abdiquer.
Notre génération qui connut les guerres!
Laissera-t-elle uniquement une image d’Hitler?
L’image d’un terrorisme soi disant religieux !
L’image de pédophiles, de pervers dangereux !
Une image d’un monde de pauvreté et de faim
Une image de dirigeants et de leur dédain !
Moi en quoi suis-je donc aujourd’hui responsable ?
Qu’ai-je donc fait pour changer l’impondérable ?
Comment ne pas douter après mes silences.
Ma passivité aveugle et mes absences !
Faut-il de l’autruche imiter l’indifférence
Et dans la terre enfuir notre insouciance
Et finalement un jour partir définitivement
En étant seul le jour notre enterrement !