03/08/2011

Faire revivre un blog avec des fleurs

desfleurs.jpg


Offrir des fleurs ..

Les fleurs éternelles de nos mémoires,
Sont d’une vie les souvenirs, les histoires
Les fleurs du printemps sont éphémères
Comme nos amours d’une jolie chimère.
Les fleurs de l’été n’ont que les couleurs
D’un bref amour et de nos bonheurs !
Les fleurs d’automne sont parfois tristes
Comme nos amours ou sentiments pessimistes !
Les fleurs de l’hiver sont souvent cachées
Comme des liaisons jamais avouées !
Les fleurs d’une vie bien remplie
Sont autant d’images de nos fantaisies
Qu’en amours divers nous avons vécus,
Dont les souvenirs ne se sont pas perdus.
Mais les fleurs sont emblèmes de nos existences
Emblèmes de nos vies de nos espérances.
Pendant nos vies, de la naissance, la jeunesse
Vivant symboles jusqu’à notre vieillesse,
Nous recevons des bouquets avec plaisirs
Nous prenons plaisir aussi à les offrir.
Ils accompagnent des moments de nos vies
Pour marquer aux autres notre sympathie
En témoignages d’amitiés pour tous les âges
Nos beaux événements et notre dernier voyage !

27/03/2010

A la place de son coeur, il y avait comme une fleur

Je ne vous surprendrai pas en vous disant que j'aime la poésie .. et les poètes ..
Les poètes du romantisme, ceux aussi qui chantent la vie ..

Mouloudji

Mon poète triste

Les fleurs, le myosotis et puis la rose !
Des fleurs appréciées qu’on chante en poésie !
Des amants unis qui marchent pour la vie !
Des poèmes qu’on retrouve dans les anthologies !
Des mots qui parlent, et nous disent quelque chose !

Il chantait qu’il aimait les coquelicots,
Car il voyait à la place de son cœur,
Une tache ayant du coquelicot la couleur!
Qu’un baiser avait laissé comme une fleur
Sur une fille qu’il aimait sans être idiot.

J’entends encore ses mots, sa voix chevrotante,
Chantant la vie de bohème de son Paris
Qu’il nous offrait mélancolique avec esprit
Mais trop souvent de nous mal compris
Il allait dans les rues avec sa goualante.

Nous racontant l’histoire de son pote le gitan.
Un gars curieux, pas très marrant, silencieux
Qui grattait sa guitare comme un malheureux
Mais qui refusa l’offre d’un gars généreux
Préférant la rue à un monde inquiétant.

Il est parti, nous disant de vivre d’espoir.
Car les feuilles mortes sont autant de souvenirs
Que l’on ramasse souvent à la pelle sans plaisir
Et oublier les souvenirs qui font souffrir !
Effacer de nos amours leurs histoires !

Mais de ses poèmes restent des images de vie,
Qu’il ne faut pas laisser tomber dans l’oubli.
Car seule la neige ne garde pas les pas d ‘amis
Qui ont affronté les problèmes en restant unis
Pour nier nos sentiments de misanthropie.

Mais écoutez la complainte de son Paris.
Ecoutez ses mots sur sa butte et sa vie
Et du mal de Paris fuir les fantaisies
Pour ne laisser de lui dans l’anthologie
Que le souvenir d’un Mouloudji qui sourit !