31/07/2010

La musique techno... aimer ou pas ???

Tu aimes ou tu n'aimes pas ..
Grandi avec la naissance du vrai rock ..

Les grands shows d'aujourd'hui ... bof .. je dis bof bof


wmetallica.jpg



Guitare et la musique



Ils nous chantent : que la musique est belle !
Ils nous offrent des musiques nouvelles !
Ils sont là avec batteries et guitares !
Pour nous faire entendre leurs sons bizarres !
Sous le rock, se dévoile des non harmonies
Qui ne sont qu’en musique, des hérésies !
Mais à quoi ressemble donc cette musique
Faite de hurlements et de sons hystériques ?
Qui nous étourdissent et déchirent les oreilles !
Des artistes qui braillent comme des corneilles !
Des mots étranges que personnes ne comprends
Et qui hurlent leurs chansons en transpirant !
Des soirées désaxées et délirantes
Qui se terminent en folies débordantes !
Aujourd’hui musique, égal cacophonie !
Mais que sont donc devenues les belles mélodies !
Accompagnées à la guitare, parlant d’amour
Racontant des histoires comme les troubadours.
Que sont devenus ces poètes courtois, musiciens
Qui seraient encore aujourd’hui nos anciens
Que sont devenus les Trenet, les Distel ?
Que sont devenus le Brassens, les Jacques Brel ?
Tous ces gentils poètes qui firent de la chanson,
Des poésies écoutées dans toutes les maisons.
Des musiques qui animaient nos bals d’antan
Et qui rythmaient nos valses, nos pas dansant.
Et qu’aujourd’hui, j’écoute avec mes vinyles
Avec mes CD résultats de compiles.
Pour revivre avec une certaine nostalgie
Mon temps passé, mes années de frénésie.




03/09/2009

On ne l'oubliera jamais

Il fut le Jaake, l'emmerdeur, le cow-boy, le poète triste, il fut même Don Quichotte de la Mancha, et chanta pour sa Dulcinea.
Je ne me lasse pas de lire ses paroles de chanson, de les écouter ou encore, grace à la vidéo, de le voir et l'entendre.
Un monument, qu'aujourd'hui encore on vénère et on admire ..

J'ai écrit ce qui suit, pour lui rendre un hommage de plus

BrelWeb
On l’appelait « Jacques »

Il a chanté pour les filles d’Amsterdam
Lui qui aimaient les filles et les dames.
Pour satisfaire sa libido gourmande
Il s’est moqué des femmes flamandes
Pourtant du plat-pays, il était amoureux
Un plat pays qui ne le rendit pas heureux.
Il l’a chanté pour en faire un classique
Qu’aujourd’hui encore monument unique.
Dans les classes on l’étudie comme poésie
Il est devenu un morceau d’anthologie

Sa caricature de la société est cruelle
Elle témoigne de sa nature rebelle
Choquant parfois, insultant les bourgeois
Il se moquait de ces gens souvent sournois.
De sa truculence, il abreuvait ses chansons
De sa paillardise, il meublait ses prestations.
Oubliant son passé d’enfant de cœur
Il se gaussa des bigotes et des bonnes sœurs !
Mais d’autres classes aussi y eurent droit
Les vieux, les importuns, les maladroits.

Pourtant l’homme avait du cœur, il était bon
Et à Germaine, il offrait des bonbons,
Car pour la Madeleine, il venait avec des lilas
Attendant sous la pluie pour aller au cinéma.
Il aimait la bière qu’il buvait de Londres à Berlin
La bière de ses cousins depuis Breughel l’ancien.
De Rosa, rosam, il nous décline du latin
Que doivent ânonner les élèves chaque matin.
Mais c’est auprès près des femmes lascives
Qu’il partit mourir comme Gauguin aux Marquises.

30/01/2009

comment dire ce qu'on est



Je ne suis que moi .....
Pourquoi alors me poser ces questions .?..
Et aujourd'hui, comme hier, et comme demain je vis mon moi ...
Mais je me suis amusé à cet exercice de style
Car les personnages cités, connurent la célébrité de leur vivant
Et je n'ai en aucun cas la prétention de leur ressembler

PenseurRodin


Que suis-je ?


Comme d’autres hommes ?

Avec mes mots, jamais je n’égalerai un Ronsard
Et par ma gouaille ressembler à un Audiard.
Oublions aussi pour moi la truculence d’un Rabelais
Et encore moins l’esprit d’un Beaumarchais.
En littérature je lis souvent du Voltaire
Et j’aime aussi les écrits de Baudelaire.
Pour la mélodie, je n’ai pas l’oreille d’un Cabrel
Et pour la chanson le talent d’un Jacques Brel.
En musique si j’aime écouter souvent du Mozart
Je ne sais même pas apprécier un Jef Bodart.
Du théâtre, j’admire le jeu d’un Philippe Noiret
Comme en poésie les chansons un Pierre Bachelet.
Parlons d’amour, je n’ai pas le succès d’un Delon
Je serais surtout du genre Charles Bronson.
Même si je me cru un jour un Cazanova,
Je pleure mes amours perdus comme Berthe Silva.
Je n’égalerai pas en prestance un Yves Montant
Comme je n’aurai jamais la gloire d’un Mitterrand !.
Je ne suis pas conquérant comme Jules César.
Pourtant un peu touche à tout comme un Nadar.
De formation scientifique, je ne suis pas un Carnot.
Et si je philosophe parfois je ne suis pas un Diderot.
Mais que suis-je, quand même si ce n’est qu’un moi !
Qui parfois de sa nature accepte les formes et les lois.
Car jamais je n’aurai au panthéon de la gloire,
Un monument pour glorifier ma mémoire.