08/10/2012

A ses lèvres je goûte aux plaisirs de la vie ...

Comment la comparer au désir d'en déguster les atouts, et en conserver longtemps les plaisirs du guilledou

Robeliedevin.jpg

La robe de velours


Dans sa robe moulante, de velours mauve !
Dans un paysage de terres fauves !
Sous le soleil généreux de la nature,
Offrant à nos yeux dans son écrin de verdure,
Les rondeurs de son corps harmonieux
Qui peuvent rendre un homme heureux.
Offrant ses saveurs gouleyantes et variées
Qui de nos lèvres seront appréciées.
Nous apportant par amour une chaleur
Source autant de vie que de bonheur,
Comme le sang qui coule en nos veines
Elle est pour nous comme une reine.
Distillant en nous bonheur et plaisirs
Qui répondent à tous nos plus chers désirs.
Elle est pour beaucoup d’hommes une maîtresse
Celle qui plonge nos sens dans l’ivresse
Quand donnant libre cours à nos libations
Nous en abusons sans limitation
Mais nous savons, aussi, apprécier son corps
Sa robe, sa couleur quand rien ne l’édulcore
Sa volupté, ses caresses généreuses
Quand elle s’offre, à nous, comme une gueuse.
Pour apaiser la soif de nos fantaisies
Et redonner un nouveau goût à nos vies
Et quand nous en débouchons la bouteille
Pour boire ce divin breuvage de la treille
Nous ne pouvons pas toujours savoir
Que lorsque le vin est tiré, il faut le boire.
Car, c’est de la vigne que je vous parlais
Et du divin nectar qu’aiment tant nos palais !

03/02/2012

Rêve ou réalité ???

N'était-ce qu'un rêve ?
L'ai-je simplement imaginée ..?
N'est-ce que d'un vécu le souvenir ?
...
Du choix, je vous laisse le plaisir !

erx8raqt.jpg


La passagère ?

Je me souviens d’elle, comme si c’était hier.
Une aventure qui ne dura qu’un hiver !
Elle était venue de son pays lointain !
Notre rencontre serait sans lendemain.
Je pense souvent à toi belle passagère
Je me souviens de ta voix d’étrangère !
Une voix, dont j’entends encore le son trainant.
Tes mots doux qui reviennent lancinant !
Pourquoi cette longue indifférence
Je voudrais savoir pourquoi ce silence ?
Vers toi souvent volent mes pensées !
Et même après toutes ces années,
Tu restes toujours présente à mon esprit.
Avec un beau visage qui me sourit.
Ton regard qui me rendait heureux.
Je revois encore le noir de tes yeux,
Ta bouche délicieusement gourmande
De mes baisers dont tu étais friande !
Tes cheveux noirs encadrant ton visage
Me laissent encore de toi une fidèle image.
De tes iles, tu apportais le bonheur.
Comme du miel, ton amour était douceur.
Et ta peau de velours, sa couleur ambrée
Qu’on pouvait deviner sous ta robe échancrée
Me rappelle les souvenirs de moments câlins
Qui me laisse encore de ton amour orphelin
Que tu étais belle ma charmante amie
Quels souvenirs vivants tu as laissé dans ma vie !

20/12/2011

La montagne ... les géants de la nature ...

Quand on se trouve loin de chez soi, dans un paysage de montagnes inconnu, il est bon de se rappeler des souvenirs ...

La-montagne-couleurs.jpg


La montagne

Les poètes lui ont écrit des chansons !
Pour des hommes, elle est sport et passion !
De Frison Roche et son « Premier de cordée »
Que d’histoires ont été sur elle racontées !
Pourtant cruelle, elle ne fait pas de cadeaux
Pour la vaincre, il faut suer sang et eau.
Pour admirer ses décors, ses paysages
Pour en découvrir les beaux sites sauvages
Il faut se hasarder par des sentiers périlleux
Escalader, grimper, des sommets rocailleux.
Oser franchir les crevasses des pentes neigeuses
S’accrocher aux parois vertigineuses.
Pour satisfaire nos plaisirs d’escalades
Qui ne sont pas de simples promenades.
Toujours plus haut, les sommets nous hantent !
Ses paysages majestueux nous enchantent !
Et Ferrat nous chante : « que la montagne est belle ! »
Et elle est belle, bien que souvent rebelle.
Des hommes en ont fait des lieux de loisirs
Pour qu’en saison chacun y trouve ses plaisirs.
Elle est devenue synonyme de vacances
De ressourcement dans des pays comme la France,
La Suisse, l’Autriche, où émigrent été comme hiver
Des touristes avides de changer d’univers.
Pour en descendre les pentes enneigées,
Ou, pour d’agréables promenades ensoleillées !
Ou, tes pics, tes sommets oser aller braver !
Montagne, enfant, tu m’as toujours fait rêver.
Rêver à me promener sur tes pentes sauvages
Pour aller et grimpant découvrir tes beaux paysages
Découvrir tes richesses, ta végétation
Pour satisfaire aussi d’autres rêves d’évasions.

28/11/2010

Le mousquetaire globe-trotter

D'une vie bien remplie, je garde les souvenirs.
Et si vous aimez les voyages
Alors prenez le temps de lire cette page

globe-terrestre.jpg



Mes voyages !

Je n’ai jamais entrepris le tour du monde.
Mais j’ai voyagé de par la mappemonde.
J’aimais des villes, étudier l’archéologie
Et aussi découvrir leur gastronomie.
En tous les sens, j’ai traversé la France
J’y ai retrouvé les racines de mon enfance.
J’ai visité les pays du Nord en été
Pour la longue nuit et le froid éviter.
Mes vacances au bord de la Méditerranée
Se sont répétées souvent chaque année.
J’ai voyagé de Bruxelles à Chicago.
J’ai passé des vacances à Monaco.
De l’Europe, j’ai visité les capitales
Comme touriste, ou pour un job international.
Je suis allé souvent à Paris travailler.
Mais des belles régions j’ai su profiter.
De Londres je me souviens de ses métros
De son parc, de ses jolies filles et de Soho.
De Copenhague j’ai vu la petite sirène.
Et à Stockholm, d’un vieux bateau, la carène.
J’ai habité Berlin, du temps de son mur.
J’y ai rencontré un monde d’aventures.
D’Hambourg, j’ai découvert la rue des dames.
Et les quartiers du Dam à Amsterdam.
De Rome la souveraine, je revois les ruines,
Témoins d’un empire qui connu Messaline.
A Venise j’ai voyagé en vaporetto.
J’ai dégusté une glace au pied du Rialto.
De Barcelone je rêve encore des Ramblas
Qui mènent à la Plaça de Catalunya.
En Espagne à Madrid j’ai visité le Prado
Mais à Barcelone ce fut la fondation Miro.
D’Athènes j’ai le souvenir de l’Acropole.
Mais aussi de la Plaka tout un symbole.
J’ai goûté au tourisme des iles grecques
Et aux images d’histoire qu’elles évoquent.
De l’Afrique je n’ai visité que le nord.
J’y ai vu des pyramides et des vieux morts.
Dans des musées, qui de leur sarcophages
Ensuite me conduisirent jusqu’à Carthage.
Pour parcourir les pistes de la Tunisie.
Et constater du tourisme les hérésies.
De la Rome antique découvrir les vestiges
Et un peuple que l’islam aujourd’hui dirige.
Vous parlerai-je aussi des Etats Unis.
Où du Nord au Sud j’ai réalisé et entrepris.
Où la découverte de ses vastes étendues
M’ont fait rêver à des chevauchées éperdues
Ses villes tentaculaires et leurs bâtiments,
Qui tentent de gratter le ciel désespérément.
Mais aujourd’hui que reste-il des voyages
Des souvenirs qui s’effacent avec l’âge !
Des images fanées classées au fond des tiroirs,
De ces lieux que j’aimerais aller revoir !
Des lieux qui me font encore souvent rêver !
Des lieux où je ne pourrai jamais plus aller !

29/10/2010

Les plages mon rêve de nouveaux horizons

Plageseinnus.jpg



Les plages mon espace de rêve

Qu’elles soient du Nord ou du Sud les plages,
Sont espaces de vacances et de voyages.
Les plages de sables fins mais aussi de galets
Qui bordent les mers freinant des vagues le ballet !
Les plages du Nord faites de sable sédimentaire.
Ou les plages minuscules entourées de pierres
Paysage des bords de la méditerranée
Où vont les touristes chaque année.
C’est sur ces plages que se trouve le spectacle
Spectacles et scènes de vie sans miracle.
Les enfants y construisent des forts éphémères
Des mondes de jeux, de rêves, de chimères.
Sur le sable s’étendent des corps sous le soleil
Profitant de ses rayons pour un temps de sommeil.
Mais aussi pour le fun, laisser leur peau brunir
Et ramener de leurs vacances un souvenir.
Mais au Nord comme au Sud le spectacle des plages
Ne se limite pas à ces clichés, à ces images.
On peut y contempler diverses anatomies.
Depuis des hommes ventrus à des femmes jolies,
Dont on peut admirer les charmes dénudés,
Des formes harmonieuses offertes aux regards ridés.
Les plages du Nord, du Sud sont des espaces de vie
Espaces qui n’engendrent pas la mélancolie.
Les plages sont toujours espace de jeux, de plaisir
Ou chacun peut trouver détente et y rosir.
Mais elles sont surtout pour moi espace d’évasion
Espace ou mes rêves rejoignent les horizons.


N'oubliez pas d'aller visiter mes autres blogs:
le dessin et la peinture, mes copies de tableaux de maîtres: http://aramis-dingo.skynetblogs.be
Divers au quotidien: http://aramis-echotier.skynetblogs.be

22/10/2010

la mer du Nord .. souvenirs

Pour paraphraser Du Bellay ...
Heureux qui comme Aramis a fait un beau voyage à la mer,
et s'en est revenu plein d'images et d'horizons ...

dunes-mernord.jpg


La mer du Nord,

Il n’y a pas de golfe au bord de notre mer,
Des habitants, l’accueil n’y est pas amer !
Notre mer n’est pas bleue, ni limpide
Elle s’écrase aux marées sur le sable aride !
Elle se marie avec le ciel à l’horizon,
Nous faisant rêver à de lointaines évasions.
La mer est la muse des poètes de la nature
Comme Trenet qui nous en donnait sa peinture.
Mais notre mer du plat pays est vacances
Qui de l’été nous laisse des souvenirs d’enfance.
Elle est souvenir de longues promenades
Dans les dunes pour rêver encore d’escapades.
Nos dunes qui bordent les plages du pays plat
N’ont pas la même mouvance que celles du Sahara.
Elles sont figées par une végétation locale
Qui offre l’été des zones de jeux familiales,
Abritées des vents froids qui viennent du Nord.
Pendant que d’autres sur la plage construisent des forts !
Et que les chars à voiles, profitant de ces vents
Filent sur les larges plages pour la joie des estivants.
Notre mer n’a pas d’une mer du sud la tiédeur
Elle nous apporte iode et air stimulateur
La mer du Nord est aussi nourricière
Dont les marins pécheurs nous apportent la matière.
Ou chevauchant de gros percherons fatigués
Trainant des filets, pèchent des petits crustacés.
Sur lesquels s’abattent les vols des mouettes
Pour un festin constitué de crevettes.
Sous les regards amusés des touristes d’un jour
Venus vers la mer, de la moule frittes, faire un tour.
C’est avec les souvenirs de toutes ces images
Que j’aime vers la mer faire de petits voyages !

N'oubliez pas d'aller visiter mes autres blogs:
le dessin et la peinture: http://aramis-dingo.skynetblogs.be
Divers au quotidien: http://aramis-echotier.skynetblogs.be

04/07/2010

Les pensées chez Mimi du Sud


Que reste-t-il de mes souvenirs?
Quand visitant le blog d'une amie du sud
Elle nous parle et montre les beautés de sa région

petanquepastis



Une pensée du sud


L'image d'une humble fleur,
Une pensée, un peu d’amitié
Et aussi un peu de bonheur
Pour un nouveau jour d’été
Offrant variété de couleurs.

Merci amie du sud, du soleil,
Tu m’apportes en cette matinée
La beauté et la douceur du miel
D’un été, une chaude journée
Qui enchante mon réveil.

Pays des aubades matinales !
Des beaux villages de jadis !
Pays du chant des cigales,
Pays du bien manger, du pastis
Pays qui soigne nos fringales !

Ses marchés aux subtiles fragrances !
Leurs senteurs de lavande, de farigoule
Les plaisirs d’une cuisine du sud de la France
Qu’accompagne poissons et barigoules
Des goûts qui laisseront longue souvenance.

J’aime aussi de ton accent entendre le chant.
Et sur la place du marché, la partie de boule
Où les joueurs en colère sans être méchants
Se dispute pour que la pétanque roule
Quand le lanceur avance en trébuchant.

Que j’aime aller me promener
Par les chemins perdus des garrigues.
Et au pied d’un olivier sommeiller
Pour récupérer de ma fatigue.
Avant au village m’en retourner.

Ce pays, est un pays de vie
Où trop vite passe les jours
Où aimer n’est jamais folie
Où j’aimerais vivre toujours
Pour retrouver de la vie mes envies.

01/07/2009

Le Patis à Midi


Quel beau pays que la France
Le sud avec son soleil, son patis, ses olives et son rosé
La Provence, comme le Roussillon, de l'est à l'ouest
Avec ses villes leur histoire et leurs grands hommes

Provenceterrasse

Le pastis du midi

Midi sonne dans ce village de Provence !
A une terrasse, sur une chaise bancale,
Je profite de l’instant, ultime récompense
D’entendre à midi le chant des cigales.
D’écouter des païs, les galéjades,
En dégustant le pastis traditionnel.
Accompagné de toasts à l’anchoïade,
Sous un soleil au plus haut dans le ciel.
Qu’il faisait bon d’ainsi vivre ces instants,
Loin des soucis, des tracas de chaque jour,
Dans ce cadre oublier ce qui est important,
Et profiter en toute quiétude de mon séjour.

Comme ils sont beaux tous ces petits villages,
Perdus dans les garigues et offrant leurs senteurs!
Où le temps n’a pas encore fait de ravages.
Où les habitants vous accueillent avec chaleur !
Ces villages, où poussent encore les oliviers,
Où les vignes témoignent de leurs vins futurs.
Où les heures se chantent au rythme des clochers
Où les gens vivent en communion avec la nature.
Comme il fait bon se promener dans leurs ruelles
A l’ombre des vieilles pierres de leurs maisons
Et découvrir, un coin, où sous une tonnelle,
Le plaisir de pouvoir boire cette boisson.

14/07/2008

cinq jours en Provence

se retrouver .. se ressourcer .. dans un pays de charme, de douceur, de soleil ..
un pays chanté par les poètes, peint par les artistes
un pays de la douceur de vivre ..
un pays ou l'inspiration vient sans effort ...
je ne pouvais que laisser mon esprit vagabonder au gré des chemins et de mes longues promenades pédestres ...

petanque1


Douceurs de Provence.

Je suis venu dans le pays du soleil.
Chercher un peu de la douceur du miel.
Trouver le calme des larges horizons
Et profiter du temps et de la saison ?
Je suis venu écouter le chant des cigales
Apaiser ma grande faim et mes fringales
De la bonne table et des joies de la vie.
Restant raisonnable sans faire des folies.
Me saoulant des promenades dans la garrigue,
M’enivrant des senteurs dont elle est prodigue.
Cueillant au passage des fleurs de lavandes.
Dont le parfum est de la nature une offrande.
Regardant les nuages s’enfuir peureux
Pour laisser la place au soleil, au ciel bleu.
Quelle est belle cette lumineuse Provence!
Que j’aimerais y terminer mon existence !
J’aime en lire les grands poètes et auteurs.
J’aime en entendre la musique qui chante au cœur !
Un pays dont le vent chante Frédéric Mistral
Et que Daudet conte comme un méridional.
Un pays que chante encore Marcel Pagnol.
Un pays de chants, de fêtes et de farandoles.
Qu’il est beau ce pays des vignes et du vins
Qu’il fait bon vivre sur la terre de Tartarin.
Et de se promener par ces sentiers
De se reposer à l’ombre d’un olivier.
Chemin faisant au gré du temps qui passe
Suivant les petits sentiers de caillasses
Découvrir ses paysages de vieilles pierres
Ses clochers, ses vieux ponts, et ses rivières.
Et s’asseoir à la terrasse d’un bistro
Sur la place d’un petit village retro,
Que les ans n’a pas encore transformé !
En dégustant un excellent petit rosé !

06/09/2007

Flaner à Paris ....

Un mousquetaire pouvait-il aller autre part que chez un Cadet de Gascogne...

Parisaout2007
Paris .. ses rues

Rues de Paris, rue des poètes, rue de l’Histoire,
Rues aux grands noms évocateurs de ses gloires.
Rues de Paris, qui réveillent en nous un moment,
L’histoire de ses hommes, au gré de ses monuments.
Qu’il est bon d’aller flâner dans la rue Ronsard,
Pour y faire les rencontres des pas du hasard.
Vers une jeune Marie à la rose flétrie,
Que le vieux poète avait trouvée si jolie.
Georges Sand, Musset qui écrivirent l’amour,
Et dont les noms, pour nous, vivent encore toujours!
Rêver sur la Place des Vosges, où Victor Hugo,
Ecrivit l’histoire de la morne plaine de Waterloo.
Ou dans l’avenue du grand poète, retrouver,
Un square Lamartine, pour nous évader
Dans les méditations et les confidences.
Avant d’aller vers de plus frivoles errances.
Rencontrer rue st Denis, l’amour des vices
Ou encore, à la Concorde, la place des supplices.
Petites rue de Paris des bohèmes, des artistes
Comme une môme qui devint chanteuse réaliste !
Le quartier de Montmartre et sa peinture
La place du Tertre et ses célèbres devantures.
Rues de Paris, rues des hommes de notre passé.
Des rois, des princes dont beaucoup sont oubliés.
Le roi Soleil, présent sur beaucoup de places
Un roi Henri IV, et le Pont Neuf comme espace.
Napoléon peupla de ses généraux,
Une longue façade des palais Royaux,
Et du nom des ses victoires comme celle de Rivoli,
Baptisa des rues, et des ponts de Paris.
Rue de Paris, et de ses hommes de sciences,
Ses savants, ses ingénieurs, ses bâtisseurs,
Les rues Carnot, Curie, Lesseps, Pasteur,
Viennent pendant notre flânerie, éveiller
Notre désir de promenade et de marcher
Et dans ses rues, prendre ainsi un vrai plaisir
Qui réveille à l' esprit de beaux souvenirs.

22/01/2007

Un rêve de pierre ...

En septembre 2006, j'étais à Rome ...
J'y ai visité moult musées,
j'y ai vu des tableaux magnifiques des plus grands peintres de cette renaissance italienne...
mais aussi des statues qu'on aurait parfois dit vivante ..
tant, le marbre blanc et rose paufiné par l'artiste donnait à sa sculture un aspect vivant ...
Les salles de la chapelle Sixtine, de la villa Boghèse,et bien d'autres musées ...

dees3_tp
La statue de marbre

Elle était belle comme une fleur du printemps.
Elle était belle comme une image pour enfant.
Elle était belle comme une nymphe angélique.
Elle était belle comme une déesse antique.

De son visage on admirait la douceur angevine.
De son corps on contemplait la taille fine.
Le tissu de la toge semblait de la soie d’orient.
Les plis paraissaient onduler lentement.

Cette toge laissait découvert un buste parfait
Des seins de Venus, à nos regards s’offraient.
Chaque lobe, était parfaitement sculpté
Et ne demandaient qu’à être caressé.

Son beau corps jeune, criant de vérité
Dans un rêve de désir, m’avait plongé.
J’aurai voulu dans mes bras la tenir
Et lui faire connaître de l’amour le plaisir.

Son visage donnait l’impression de sourire
Ses lèvres, sa bouche traduisaient son désir.
Mais en m’étant un peu plus approché
Je vis que ses yeux n’étaient qu’un relief figé.

Mon rêve s’écroulait, il n’était que pierre.
De ma déconvenue, je n’étais pas fier
M’étant laissé emporter par un fantasme
Je quittais la salle, déçu, sans enthousiasme.

24/09/2006

 Un voyage à ROME


Fin d'un beau voyage

Les plus belles choses ont toujours une fin
Mais elles laissent de beaux souvenirs ...
Et comme Ulysse qui fit un beau voyage
Je reviens plein d'images et de visions
Qui demain, mes mots déchaîneront..
Et mes pinceaux animeront...

Arc de Constantin


Des pierres .. des monuments

Il ne restait que des vieilles pierres,
Et de ces pierres, ils en firent des ruines
Ils sortirent les ruines à la lumière
Qui par les temps furent lavées sous les bruines.
Après des années, elles devinrent des vestiges.
Des images, des temples aux dieux, des bâtiments
Elevés à la gloire des hommes pour leur prestige.
Taillés, sculptés dans le marbre, ils sont monuments
Aujourd’hui vestiges du passé, visités, admirés
Par ceux, à qui cette civilisation donna naissance.
Défilé d’hommes, de femmes, par elle éduqués,
Venus dans ces pierres chercher reconnaissance
Aujourd’hui, des racines de leur savoir être.
Retrouver dans ces paysages imaginaires
Leurs origines et des raisons de pouvoir en être fier.
Mais il n’y avait pas que ce passé bimillénaire.

Car au-delà de ces vestiges d’un passé révolu
J’ai découvert la ville, ses places, ses fontaines
Et ces églises qui montrent des hommes nus
Des êtres de marbres aux attitudes surhumaines.
Je me suis promené dans les rues, les ruelles
Je me suis arrêté aux terrasses des trattorias
Assis, buvant mon café, j’ai regardé les belles
Et les autres aussi, un monde loin du prolétariat.
J’ai découvert comment vivre une autre vie,
Prendre de chaque instant un moment de plaisir
Je me suis laissé aller, sans aucune nostalgie,
A jouir intensément de ce monde à redécouvrir.
Je jouissais enfin un vrai moment de détente.
Et oubliant , tracas, soucis, sans aucunes fredaines
J’ai passé une agréable semaine ardente
Dans la cité des palais et des ruines romaines.


30/06/2006

Un bon pastis sur la place du village


Se sentir revivre
Redécouvrir le plaisir de revivre
De redécouvrir une autre nature
Trouver dans cette nature d'autres inspirations

Egayllère





Le soleil se lève


Se lever tôt le matin, pour saluer le soleil.
S’étirer, s’allonger pour faire revivre son corps.
Profiter de ces couleurs qui vous émerveillent,
De ses senteurs qui embaument les décors
Entendre, dès l’aube, les premiers bruits du jour
Qui s’éveille, le vent léger dans les arbres
Les chants des oiseaux, les cris tout autour.
Sentir les caresses de cette brise qui vous marbre
Par sa fraîcheur, qui vous apporte aussi ses senteurs
Senteurs de lavandes, et parfum d’un printemps
Qui dans cette Provence fait mon bonheur.
Voir enfin ce soleil, s’élever dans le ciel lentement
Pour venir d’un clin d’œil apporter sa lumière
Cette lumière qui embellit les champs, les paysages
Un soleil qui vient ainsi transformer Egayllière
Ses rochers, sa campagne, ses mas, ses cépages.
Avec les heures, la douceur fera place à la chaleur
Et dans cette nature qui lentement se réveille
Verront se lever les hommes et se redresser les fleurs
Et déjà, avec leur bourdonnement, butiner des abeilles.
Qu’il fera bon vivre encore en cette Provence!
Aller par les vieux chemins, à pieds se promener
Pour au détour des sentiers, au gré de mes errances
Découvrir d’autres images que j’aimerai dessiner.
Rencontrer de nouvelles, vieilles, pierres blanches
Que les ans, les rares pluies, les vents ont façonnées
Et qui se dressent encore retenant des planches
Qui ont ainsi pour nous traversé tant d’années.
Et enfin revenir, las, fatigué sur la place du village,
Et à une terrasse m’attarder, pour avec un " payïs ",
Tout en galéjant et causant, "avé " l’accent, sur nos ages,
Boire symathiquement, un bon verre de pastis.

21/11/2005

Les plaisirs de la musique

Comment se distraire, par un triste dimanche d'hiver ...
Quand le soir tombe ..
Et que disparait le lumière ...

La musique




Variation de gamme en DO ...




Do, pour chanter mon pauvre crédo
Ré, parce que je ne suis pas inspiré
Mi, parce que l'amour n'est pas mon ami
Fa, parce que étendue nue sur un sofa
Sol, belle comme Venus, sous son parasol
La, je l'imagine buvant un coca-cola
Si, j'en rêve comme un amoureux transi
Do, mais je ne suis pour elle qu'un clodo



Donne moi tes lèvres, que j'y pose un baiser.
veille mes sens, et laisse moi t'aimer
Mirage d'un bonheur trop rapidement perdu
Fable d'un amour, d'un fol amour dissolu
Soleil pour les sens, reveille mon corps
Lascivement lovée nue dans ton décor
Sirène de l'amour, dans ton océan
Domine moi, et je serai que ton amant .

25/09/2005

Moi cet artiste poète


Je n'ai jamais rencontré ce poête dont je vous raconte la rencontre ...
Pourtant comme j'eusse été heureux, d'être cet artiste poête et me rencontrer ainsi ...
Et comme j'eusse aimé avoir l'apparence de cet homme au cheveux long et blanc ...
Un artiste qui ne dessinerait pas, un poête qui n'écrirait pas ...
Mais qui vivrait sa vie comme un artiste et un poête
Mais je ne suis que moi .....
Et aujourd'hui, comme hier, et comme demain je vis ce moi ...

L'artiste poête


L' artiste poète

Aujourd'hui, j'ai rencontré un vrai poète.
Un poète de la vie, de la belle nature.
Un poète pour qui soleil égal fête,
Pour qui chaque fleur est parure.

Aujourd’hui, j’ai rencontré artiste,
Il m’a bien parlé du laid et du beau
Il peint les paysages comme un aquarelliste
De la nature, il nous fait des tableaux

Il peint la mort, le vie avec ces mots
Qui sont autant de beaux paysages.
Qu’habitent des fleurs et des oiseaux
Qui nous font rêver de partir en voyage.

Sa poésie est couleurs, scintillements
Qui viennent s’éclairer dans nos esprits.
Pour nous montrer son enchantement
Qui s’embellit encore quand on l’a compris.

Sa poésie est parfumée de senteur
Des parfums de douceur et d’amour
Vous apportant des moments de bonheur
Qui se renouvèlent comme les jours.

Sa poésie chante des sentiments
Elle est aussi parfois une prière
Qu’il récite, et qu'il répète très souvent
Pour dire à une dame qu’elle lui est chère.

Pourtant mon poète n'écrit pas avec une plume
Ses poèmes sont les moments de sa vie
Qu'il raconte avec sa voix du fonds des brumes
Quand on le rencontre dans les prairies

Mon artiste, ne dessine pas, il n'a couleur, ni crayon
Son papier, ses toiles sont dans ses yeux
Pour peindre de la vie et de la nature ses visions
Il choisit toujours les moments les plus heureux

Et il est reparti vers son destin mon poète artiste
Il a repris les chemins, vers de nouveaux demains
Il continuera sa vie de bohème, de fantaisiste
Un chemin qui ne s'arrètera qu'avec sa fin.