24/08/2012

La jeunesse eternelle à la "Faust"

N'a-t-on que l'âge de ses artères ???
L'âge est-il une question d'esprit ???

fatherandsonfishing.jpg


La jeunesse ?

Pensez-vous que la jeunesse n’as pas d’âge ?
Ou qu’elle aurait l’âge, du corps, du cœur et de l’esprit !
N’est-elle pour beaucoup qu’un trop court passage ?
Ou pour d’autres qu’a tous les âges, elle nous sourit !
Adolescent, il faut que jeunesse se passe !
Adulte, on nous dit qu’ont a toujours vingt ans !
Vieux on reste jeune malgré la vieille carcasse !
Mais la jeunesse n’est elle que questions d’ans ?
Faust demanda une jeunesse éternelle ,
Sa vieillesse le privant d’un jeune amour.
Un pacte avec le diable pour séduire une belle,
Et en enfer aller terminer ses jours !
La jeunesse n’est-elle qu’un aspect physique ?
Ou n’est-elle que l’âge de l’esprit pour les plaisirs ?
N’est-elle qu’apparences et affaire de pratiques ?
Un optimisme qui nous empêche de vieillir ?
La jeunesse change-t-elle d’état au cours de la vie.
Après une jeunesse du corps, une jeunesse du cœur
Pour après les vécus d’un vie de folies
Se dire toujours jeune et rechercher le bonheur ?
Pourquoi n’ est-elle pas un état d’âme virtuel ?
La jeunesse, elle vit de nos rêves dans nos têtes,
Qui fait que la vieillesse n’est qu’un simple label ?
Que nous oublions quand nous faisons la fête.
Rester jeune, sans avoir l’âge des ses artères !
Dans l’esprit savoir conserver sa jeunesse !
Oublier parfois que les ans sont misères,
Pour vivre carpediem, oublier notre vieillesse.

02/01/2012

la déchéance .. de l'homme !!! Ou la mauvaise rencontre

Les mauvaises surprises d'une promenade à Bruxelles ...
Gare centrale ... un vendredi fin de journée
C'est lui qui m'a reconnu...
Une petite pièce svp monsieur ???
Oh ...Fred .....

clodo.jpg

Devenu clochard

Il ne mangeait pas toujours à sa faim !
Il ne prenait que rarement un bain !
Pour fumer, il ramassait des mégots !
Il vivait comme un pauvre mendigot !
Pour dormir le ciel était son seul toit,
Car l’homme avait perdu son emploi !
Par sa faute, il avait perdu tous ses combats !
Par ses erreurs, il était tombé bien bas !
Pourtant, pour lui vie avait bien commencé.
Dans une famille aisée, une fortune du passé,
Des études sérieuses, un métier d’avenir,
Son chemin tracé, une voie, un devenir !
Une carrière qui s’annonçait prometteuse.
Une belle rencontre et une union heureuse !
Personne n’aurait pu prévoir la déchéance,
Qui allait le conduire à cette vie d’errance.
……
L’homme aimait la vie et ses extravagances.
De ses choix, il accumula les malchances.
Préférant de la vie, les plaisirs futiles,
Et des femmes, les amours trop faciles.
Devenant membre de sombres clubs de jeux,
Où il perdait et s’offrait ses plaisirs coûteux.
Oubliant son travail, ses devoirs de famille,
Dépensant son argent en boissons et en filles.
Lentement il descendit une pente glissante,
Vers les sales tréfonds d’une vie dégradante.
Sale, dépenaillé, mal rasé, un vrai clochard,
Je n’avais pas reconnu cette sorte de loubard
Qui me disait bonjour et me tendait la main,
Un homme avec qui j’avais joué étant gamin.
Un homme dont j’avais envié le bien-être
Mais qui ne faisait pas honneur à son ancêtre.
..
Jeune on l’appelait Monsieur le Comte de ……. !
Je lui ai donné la pièce demandée ....
Il s'était levé, il se rassit honteux ...
amour,femme,plaisirs

13/03/2010

Les fausses démocraties ....


J'enaimarre

J’en ai marre !

L’envie de tout envoyer se promener !
Marre de tous ces ripous de la politique
Incompétents, qui foutent en l’air la Belgique.
Marre de tous ceux qui ne veulent que profiter.

Las d’entendre leurs fausses jérémiades
Sur les crises, et toutes ses conséquences
Qui ne sont que les résultats de leurs carences
De leurs promesses et de leurs rodomontades.

J’en ai marre de ces ministres et leurs idées
Qui ne vivent qu’en pratiquant l’électoralisme !
Et par leurs pitreries se targuent de populisme !
Qui osent venir prétendre gérer nos destinées.

J’en ai marre de ces hommes qui font des lois
Qui nous parlent de justice et de sécurité
Quand eux-mêmes sont incapables d’équité,
Quand ils doivent juger les vrais hors-la-loi !

J’en ai marre de notre justice arbitraire!
De cette société qui méconnait la liberté !
Où l’équilibre est remplacé par la pauvreté !
Où la vie est régie par du communautaire !

J’en ai marre de ces patrons d’entreprises,
Qui se sont enrichis sur le dos des travailleurs !
Et qui aujourd’hui transportent le travail ailleurs,
Et dont l’appât du gain est leur seule convoitise.

J’en ai marre de ces dirigeants décideurs
Qui profitent de leurs positions usurpées
Pour s’enrichir d’une manière éhontée
En s’attribuant bonus et autres valeurs.

J’en ai marre de cette forme de démocratie
Où le peuple soumis, n’a rien à dire
Et où il faut accepter le bon plaisir
D’hommes enfermés dans leur bureaucratie.

J’en ai marre de ce monde où des religions
Appellent tous ses hommes à la violence
En édictant les lois de l’intolérance
Pour s’imposer dans toutes les régions.

Mai je n’en ai pas marre, aujourd’hui, de ma vie
Celle que j’ai héritée en venant au monde
Et comme vous le prouve ici ma faconde !
De vivre longtemps, j’ai encore envie !

18/02/2010

Jeunesse et carnaval ....

Le carnaval, le mardi-gras ..
A Binche un après-midi, de sarabandes, de farandoles, de flirts ...
Je m'en souviens encore !!!

carnaval1

Un sourire de Carnaval.


Ces sourires ! Echangés pendant un bal.
Je revois encore ses yeux bruns brillants
Dans un beau visage éclairé tout souriant.
Je me souviens de cette bouche gourmande
De ces lèvres pulpeuses au goût d’amande.
Du premier baiser que nous avons échangé.
Et de ces mots que je n’ai pas oubliés.
Je me souviens de la chaleur de son corps
Que je serrais contre moi de plus en plus fort.
Ce délicieux moment reste en ma mémoire
Il fut le début d’une brève mais belle histoire.
Il faisait froid en ce jour de fin février.
La neige trainait encore dans les sentiers.
Les rues étaient animées par des groupes
Filles et garçons dansant, chantant en troupes !
Pourtant nous cherchâmes un petit coin tranquille
Loin des bruits et des déchaînements de la ville.
Trouver un endroit pour notre isolement
Et goûter intimement à ce doux moment
D’adolescents découvrant amour et caresses
Age et moment aussi de fausses promesses !
Ces rencontres de carnaval, moments furtifs!
Corps vivant un moment d’amour expéditif.
Qui ne durent que le temps d’un printemps.
Folies de jeunesses que l’on se rappelle longtemps !
Devenu pour notre vieillesse, des souvenirs
Qui laisse encore et toujours un goût de plaisir

11/01/2009

les victimes et les autres

Des victimes innocentes et des laches qui se battent masqués!!!

gaza3
gazater



Mondo « Violence

Comment dire ce que l’on veut taire?
Comment pleurer sans verser de larmes?
Comment encore d’un passé se souvenir?
Quand le présent fourbit ses armes!
Quand demain est fait de malheurs!
Quand les hommes oublient le bonheur!
Quand ils se battent pour des causes futiles!
Quand lutter est devenu vain et inutile!
Quand une partie du monde à déclaré la guerre
Pour dominer et imposer sa foi à l'univers.
Pour apporter plus au profit d'autrui.
Jamais une colombe de paix ne volera la nuit.
Jamais la paix ne représentera un avenir.
Si devant le futur on se contente de fuir.
La bonne volonté ne conduit à rien.
L’amour n’apporte plus de bien.
La violence est devenue quotidienne.
Elle se développe comme une géhenne.
Avec le faux but d'un mieux vivre,
Brandissant les textes d'un faux livre.
Alors pourquoi se battre pour vivre mieux
Si c’est pour souffrir au nom d’un faux dieu!!!

*******************
Les rencontres de l’impossible voulues par des hommes

Si des hommes se rencontrent pour parler de paix?
Si des hommes se parlent que veulent-ils entendre?
Si des hommes ne veulent pas trouver la paix
Si des hommes tuent au nom de leurs dieux
Si une religion refuse toute autre religion
Si la paix pour certain se trouve dans la mort
Et si leurs dieux n'existaient pas
Et si leurs dieux n'étaient que des inventions d'hommes avident de pouvoirs

Trop de si qui tuent des innocents et des enfants

22/04/2006

A JOE ... mort pour un MP3

prennez le temps de me lire ...
Lui n'en n'aura pas l'occasion ..

To be or not to be


Pour JOE

Il était jeune encore, il vivait sa vie!
Ils étaient jeunes aussi, inconscients
Dans notre société, et ses folies
Pour le voler, ils ont tué un innocent.
Une vie pour une instant de plaisir
Ce fut le prix que lui ont fait payer
Des jeunes dévoyés sans repentir.
Mais qui devons nous condamner?
Pourquoi en sont-ils en arrivé là?
Pourquoi des jeunes aujourd'hui,
Vivant dans nos tristes favelas,
Tuent-ils pour satisfaire leur ennui?
Pourquoi doit-on avoir toujours peur?
Pourquoi notre société est-elle pourrie?
A chaque jour, son nouveau malheur!
Vivons-nous le siècle de la misanthropie?
On nous prêche le partage, la tolérance
Mais, sont-ils tous prêts à l'entendre?
Ne vivons nous pas dans l'indifférence?
Ne pensons nous pas qu'à nous défendre?
Joe en a payé très cher le prix
Jamais plus on n'entendra son rire!
Jamais plus on n'entendra sa joie, ses cris!
On voudrait faire de lui un martyr
Mais c'est notre société, trop permissive
Qui est responsable de cette mort.
C'est elle qui est responsable de ces dérives
C'est de notre société qu'il faut juger les torts.

11/12/2005

Ma colère, ma révolte

Il faut savoir vivre, souffrir, aimer et détester ..
Mais pourquoi tant de guerres, de morts...

Mes mots ne sont pas toujours tristesse,
Mes mots sont aussi parfois sourire
Mais peuvent aussi crier ma révolte
Mon incompréhension des hommes ....
Mais quand ai-je écrit ceci ....????


Colombe de la paix




Avoir mal aux autres ...!!



Homme que veux-tu ? Que désires-tu?
Homme qui aimes-tu? Qui chéris-tu?
En quoi espères-tu? En qui crois-tu?
Pour ainsi te faire souffrir et les autres aussi.
Pour ainsi chaque jour depuis la création,
Détruire ce peu de bonheur si difficilement construit.
Pourquoi toujours cette incompréhension?
Pourquoi ce désir de domination et de mal?
Pourquoi toujours refuser la trêve?
Quel comportement sauvage d’animal,
Te pousse à nier l’impossible rêve?
D’une paix entre les races d’hommes,
Sans distinction de foi, de leurs religions.
Sans croire aux êtres que nous sommes.
Qui depuis notre absurde création,
Tour à tour dominés et dominateurs,
Voulons vaincre les démons du monde.
Voulons pouvoir, puissance et richesse.
Et sans repos, sans perdre une seconde,
Profitant des autres et de leurs faiblesses.
Homme n’oublie pas ton passé de malheur !
Apprends à tes enfants à aimer le demain.
Apprends-leur à vouloir pour tous le bonheur.
Apprends-leur à aimer leur prochain.
A aider les moins nantis, les malheureux.
A savoir souffrir et toujours tendre la main.
Et que malgré le mal, on puisse aussi être heureux.

25/09/2005

Moi cet artiste poète


Je n'ai jamais rencontré ce poête dont je vous raconte la rencontre ...
Pourtant comme j'eusse été heureux, d'être cet artiste poête et me rencontrer ainsi ...
Et comme j'eusse aimé avoir l'apparence de cet homme au cheveux long et blanc ...
Un artiste qui ne dessinerait pas, un poête qui n'écrirait pas ...
Mais qui vivrait sa vie comme un artiste et un poête
Mais je ne suis que moi .....
Et aujourd'hui, comme hier, et comme demain je vis ce moi ...

L'artiste poête


L' artiste poète

Aujourd'hui, j'ai rencontré un vrai poète.
Un poète de la vie, de la belle nature.
Un poète pour qui soleil égal fête,
Pour qui chaque fleur est parure.

Aujourd’hui, j’ai rencontré artiste,
Il m’a bien parlé du laid et du beau
Il peint les paysages comme un aquarelliste
De la nature, il nous fait des tableaux

Il peint la mort, le vie avec ces mots
Qui sont autant de beaux paysages.
Qu’habitent des fleurs et des oiseaux
Qui nous font rêver de partir en voyage.

Sa poésie est couleurs, scintillements
Qui viennent s’éclairer dans nos esprits.
Pour nous montrer son enchantement
Qui s’embellit encore quand on l’a compris.

Sa poésie est parfumée de senteur
Des parfums de douceur et d’amour
Vous apportant des moments de bonheur
Qui se renouvèlent comme les jours.

Sa poésie chante des sentiments
Elle est aussi parfois une prière
Qu’il récite, et qu'il répète très souvent
Pour dire à une dame qu’elle lui est chère.

Pourtant mon poète n'écrit pas avec une plume
Ses poèmes sont les moments de sa vie
Qu'il raconte avec sa voix du fonds des brumes
Quand on le rencontre dans les prairies

Mon artiste, ne dessine pas, il n'a couleur, ni crayon
Son papier, ses toiles sont dans ses yeux
Pour peindre de la vie et de la nature ses visions
Il choisit toujours les moments les plus heureux

Et il est reparti vers son destin mon poète artiste
Il a repris les chemins, vers de nouveaux demains
Il continuera sa vie de bohème, de fantaisiste
Un chemin qui ne s'arrètera qu'avec sa fin.

05/04/2005

Avec des si ... pas de guerre

Les cavaliers



Avec des "SI" .....

Si l’oiseau, dans le ciel, arrêtait de chanter!
Si la rivière, dans la vallée, arrêtait de couler!
Si le soleil un jour ne voulait pas se lever!
Si l’homme refusait d’aller travailler!
Si la terre enfin refusait de tourner!
La vie pourrait-elle continuer?
Pourrais-tu encore aimer?
Pourrais-tu encore penser?
Pourrais-tu encore respirer?
Pourrais-tu encore admirer?
Pour vivre l’homme doit aimer
Pour vivre l’homme doit lutter
Pour vivre l’homme doit travailler
Après la nuit, le jour doit se lever
Et le soleil doit dans le ciel briller
La terre doit continuer de tourner
Les rivières vers les mers doivent couler
Les oiseaux dans le ciel doivent chanter
Et les hommes la paix désirer

Mais qu'en est-il de cette chimère?
Depuis toujours l'homme sur la terre,
Ne vit que pour à l'autre faire la guerre.