04/05/2005

Pourquoi les rêves ne se réalisent ils pas???

Etait-ce une nuit de Neige, sans Lune-rousse, sur une ile de rêve du pacifique, ou dans une forêt amazonienne, où fleurissent les orchidées, ou perdu dans son maquis ou simplement dans une rue de la cité Ardente ?
Pourquoi, une image s'imprime-t-elle dans l'esprit de l'homme
Pourquoi, une rencontre, un croisement dans la rue, dans un endroit,
et l'image d'une femme vous poursuit dans vos nuits, dans vos rêves ..
Et si cela, finalement, n'avait pas été un rêve ...
qui le saura jamais ....
je vous poserai alors une question
Pourquoi les rêves ne se réalisent-ils jamais ? ...

Premier baiser

Rêve ou Réalité ...d'un baiser

Notre rencontre, commença par un baiser.
Un baiser fou, échangé sous un parapluie.
Un baiser qui me permit de tout espérer.
Un baiser d’amour échangé avec frénésie.
Sentir son corps contre moi, se blottir,
Mes lèvres quittant sa bouche délicieuse
Pour venir déplacer dans son cou le plaisir.
Et dans cette première étreinte amoureuse
Lui apporter la preuve de ma présence
Son corps acceptant ce contact violent
Contre moi, ne montrait aucune réticence
Aux caresses, et à ce baiser insolent.

La suite, fut un moment de charme, de plaisirs.
Attablés, face à face, la main dans la main,
Nous échangions sur nos vies et nos désirs
Avec douceur, nous parlions de notre demain.
Elle offrit la main pour que j’y dépose mes lèvres
Avec plaisir, la caressant, j’ai déposé mon baiser.
J’étais là devant elle, je vivais mon rêve.
Je me demandais, comment cela allait se terminer.
Le temps passait, fuyait, s’écoulait trop vite,
Et déjà nous devions sortir, c’était déjà une fin
Cruel dilemme comment continuer, quelle suite
Donner à ce moment de contact un peu coquin.

Le soleil était là, le ciel avait ouvert ses nuages.
Aussitôt dehors, nous échangeâmes un baiser
Pas un simple baiser, mais baiser brutal, sauvage
D’un bras je la tenais pour contre moi la serrer
L’autre main voyageuse, s’insinuant sous sa jupette
Pour aller fouiner dans des lieux intimes, interdits
Pour trouver la vallée et caresser la languette
Elle comprit mon désir, et à son tour y répondit.
Nous étions en rue, une rue presque déserte,
Et là, j’aurais voulu pouvoir la prendre ainsi,
Je la sentais désireuse et en amour experte.
Mais le temps avait passé, l’intermède était fini.

Etait-ce un phantasme, un rêve de l’avoir vu venir
Comme je l’avais toujours imaginée, légère
Et court vêtue, pour satisfaire nos plaisirs.
Son regard, son sourire, par quel mystère
Par quelle divination, quelle prémonition
Avais-je pu avoir cette image dans ma tête?
Etait-ce uniquement un effet de mon imagination ?
Etait-ce en rêve que j’avais vécu cette fête ?
Quel souvenir restera après mon réveil ?
Mais ai-je vraiment dormi, ai-je fait ce rêve ?
L’avais-je vraiment embrassée sous le soleil ?
Mais, je me suis réveillé .. et j’avais la fièvre.


Je n'oublierai jamais cette etreinte, ce baiser

08/04/2005

Rêver d'une AMAZONE


Pigmalion



Se souvenir, d'un passé pas très lointain ...
D'un rêve qui ne changea pas mon destin


L'Amazone

Aurais-je rêvé, serais-je réveillé..?
Qui est cette amazone, à la blonde chevelure ?
Qui de ses yeux verts semble me regarder?
Qui est cette femme belle comme la nature?

Qui est-elle, celle qui vient chaque nuit,
De sa présence enchanter les heures?
Qui sans elle, seraient faites d'ennuis
Et qui se transforment ainsi en bonheur.

N'est-elle qu'une image dans mon rêve?
Image que je ne verrai jamais en réalité
N'est-elle qu'une image furtive et brève?
Que jamais je ne pourrai rencontrer.

La douceur de son visage me hante le jour
Je ne peux, parfois, de ses mots virtuels,
Qu'entendre les sons, pour un simple bonjour
Prononcé par ses lèvres sensuelles.

Qu'elle est longue cette attente de te voir !
Ma belle Amazone! mais ce n'est qu'un rêve
Et toutes les nuits sans espoir de te voir
Je continuerai à vivre mon impossible rêve.

03/04/2005

Pour une amie ...

pour une amie


Oh Femmes, Oh mes Dames, que me diriez-vous,
Si je vous tenais le langage ci-dessous !!!


Amitié sans Amour

Amie voudras-tu ma présence un jour
Tendrement auprès de toi, accepter.
Amie quand pourrai-je de mon rêve
Voir apparaître une réalité.
Amie, voudras-tu un peu d'amour,
De ton cœur, un jour, me donner.
Et goûter le plaisir de tes lèvres
Et la douceur de ton premier baiser.

Mais existes-tu pour moi aujourd'hui?
Car c'est pour toi que j'ai écrit.

Comme j’aurais pu l’écrire dans le passé,
Pour une tendre amie que j’aurais aimée.

Car je rêve toujours d'amitié et d'amour.
Et c'est en vain qu'au soir de chaque jour.

Je cherche dans l'amitié un peu de chaleur
Qui m'apporterait aussi un peu de bonheur.

Chaleur, bonheur qui serait fait d'affection.
Chaleur, bonheur qui deviendrait un peu passion.

Mais oublions de ce rêve insensé les chimères.
Oublions ce rêve, et restons les pieds sur terre.

Soyez pour moi mes Dames, des muses inspiratrices
Dans mon monde qui ne peut faire vivre un caprice.

Car ce n'est qu'avec mes vécus mes sentiments,
Que je trouve l'inspiration, pour écrire en ce moment.


pensées d'aujourd'hui

30/03/2005

Juste un baiser Madame

Juste un baiser



Voici ce que j'aurais pu vous dire ma Dame,
Si, mes mots vers vous pouvaient voler ...
Et que vous daigneriez m'écouter

Que ce silence est lourd, ma dame,
Quand je ne vous lis point !
Que c'est long et je vous le clame,
J'en conçois un grand chagrin!!
Devrai-je toujours attendre
Pour vous lire ou parfois vous voir
Ou pour trop rarement vous entendre
Et vivre que du seul espoir
Qu'un jour, daignant accepter
De moi un premier signe
Finalement vous me demanderez
Qu'à vous oublier je me résigne.

de moi...
pour qui ..
et pour ne jamais être entendu

19/03/2005

Y a-t-il un age pour encore aimer

Une fleurs à cueillir



Combien d'homme n'ont-ils pas fait cette prière ?????

Prière ....

Vous dirai-je comment je veux encore aimer....
De mon corps, de plaisirs une femme affoler,
De mile façons la posséder, la faire jouir
Pour que son corps d'amour expire.
Mais aussi de mon coeur, un peu d'amour
Des sentiments, je veux lui donner chaque jour.
Je voudrais, qu'elle m'accepte comme je suis
Qu'elle m'aime, que dans mes bras elle se blottit.
Je voudrais, que près de moi elle soit heureuse
De passer quelques moments en amoureuse.
Nos corps, tendrement enlacés, d'un plaisir
Sans cesse renouvelé, lui apportant le désir
De mon être, la pénétrer, la faire atteindre
A un plaisir réel, qu'elle ne voudra pas feindre.
Sentir son corps jouir d'un plaisir ardent
Que je lui ferai gouter en la reprenant.
Chaque partie de son corps de ma bouche couvert
Elle sentira en elle monter un érotisme pervers
Et alors répondant à cette folle jouissance
Elle me rendra espoir et une nouvelle puissance.
Nos ages brisant la limite pour de nouvelles folies.
Nos chaudes étreintes étant de nouvelles vies
Pour nos sexes avides de s'étourdir de plaisirs
Avant que les années nous obligent à en finir.


le rêve qui ne restera qu'un rêve ...
pour devenir un cauchemard ..
une souffrance, une absence ...
un rejet ...