28/04/2007

un brin de muguet porte bonheur

muguet-1er-mai


Je vous offre un brin de muguet.


Juste un petit brin de muguet avec ses clochettes,
Un petit peu d'amitié et beaucoup de bonheur
C'est ce que veut vous dire cette petite fleur
A qui aujourd'hui, la coutume donne la vedette.

Mais ce brin de muguet, voudrait vous dire plus.
Vous dire, que quelqu'un a pour vous une pensée,
Et qui veut vous dire comme vous êtes aimée,
Et pour vous l'offrir, il ne faut pas être crésus.

Un fleur qui apporte le bonheur et annonce l'été,
Dont les clochettes blanches sont parfum et senteur.
Une fleur simple que l'on offre avec son coeur,
Par amitié, sans jamais tomber dans la banalité.

Fleur d'amour, d'amitié que j'ai plaisir d' offrir
Un geste simple, un geste de belle sympathie,
Des petites clochettes blanches en symphonie,
Pour nous proposer autant d' espoir que de plaisirs.

Sa vie est éphémère, son parfum est délicat.
Le premier mai, j'irai sur la route en acheter,
Car comme chaque année, je voudrai mugueter
Autour de moi, des dames dans l'anonymat.

Et comme pas loin de chez moi, il y a un bois
Où ont déjà fleurit, à foison, des jonquilles
Que sont allées cueillir des jeunes filles
Qui n'oublient pas que mai, du muguet, est le mois.

Alors, acceptez ce brin muguet de l'amitié
Et avec lui un peu de joie et de bonheur.
Un brin de muguet sans aucune odeur,
Qu'en mots, pour vous, j'ai transformé.

17/04/2007

 Voulez vous danser madame

Dans ma longue vie de solitude ..
Pour échapper à mes turpitudes
Permettez-moi de parfois venir
De mes rêves ici vous entretenir ...
...
..de la vie d'un ectoplasme ..

wall05-800

Rêve de valse..

Valse folle, valse enivrante, valse interdite
Fais nous encore tourner, à nous enivrer!
Que cette charmante dame qu'ici j' invite
Se laisse dans mes bras, l'emporter!

Affolante,
Sarabande,
Valse tournante.

Sentir son corps léger contre le mien
S'écraser, et ses formes m'épouser
Suivant le rythme imposé par les musiciens
Pour mieux dans cette valse tourbillonner.

Belle,
Pas rebelle,
Valse éternelle.

Dans ses yeux plonger mon regard,
Admirer ses lèvres couleur vermeil
Ses cheveux d'or, brillant dans le soleil
Et son cou qu'enroule son léger foulard

Ivresse,
Sveltesse,
Valse traîtresse.

Nos bouche se sont à peine frôlées
Esquisse d'un baiser que je désirais
Tournant encore la valse la grisait
Je la sentais de plus en plus perturbée?

Jolie,
Utopie,
Valse mélancolie.

Du rêve, je sortis, l'Image en fuite
Etourdi, je venais de réaliser
Que je ne pouvais espérer
Pour cette valse une suite .......

Orgasme,
Fantasmes,
Valse d'ectoplasme!

09/04/2007

des kikous des bisous billets doux

Boucher


Billets doux

Avec mes mots, permettez-moi mes Dames
De rallumer en moi pour vous cette flamme.
Et venir en vous écrivant ce billet doux,
Sans craindre l'ire de vos amants, de vos époux,
Vous dire comme j'aime vos kikous, vos bisous.

Être près de vous, et venir avec galanterie,
Vous dire avec amour que vous êtes chéries.
Que dans mes bras j'aimerais vous tenir
Et vous faire entendre de mon cœur les soupirs
Et sentir de votre coeur les battements de plaisir.

Mais je ne suis pas pour la poésie, un Ronsard.
Je ne suis de l'amour qu'un vieux briscard.
Qui utilisant aujourd'hui une éloquence frivole,
Tente d'encore de vous séduire par ses paroles
Et comme un papillon de fleur en fleur, je batifole.

Que je voudrais vous emmener comme ce poète
Voir si une belle rose est éclose pour votre fête.
Que je voudrais vous laisser des souvenirs,
Qui lorsque devenues vieilles, vous feront sourire,
Des moments que vous aurez passés à les lire.

Mais oserais-je encore avec vous le marivaudage,
Par des mots doux vous transporter sur une nuage?
Pourrais-je encore me permettre de vous aimer,
Et ma flamme chaque jour ici, vous la déclarer
Sans risque de me faire éconduire et châtier.

Pourtant que cela serait pour moi de belles choses
Que de pouvoir vous offrir des mots comme des roses.
Venir galamment vous tenir la main, et comme amant
La couvrir de tendres baisers qui vous enflammant
Nous offrirait ainsi des moments doux et charmants.

Nous livrant aux "Jeux de l'amour et du hasard".
Utilisant de mon vocabulaire la douceur du picard.
Vous faisant découvrir les "Plaisirs de l'amour",
Et de nos confidences de chaque nouveau jour
Nous aurions des chauds souvenirs pour toujours.

Mais ce n'est là chères Dames, qu'un doux rêve
Rêve de croire que je peux connaître encore une Eve,
Qui acceptera de partager avec moi le verbe aimer.
Partager des mots qui pourrait encore l' envoûter
Et sur les nuages d'un rêve d'amour, l'emporter.

17/02/2007

Sortir de la pause ...???

lenupensant
la pause,


Faire une pause, arrêter pendant un certain temps
S'écarter du monde virtuel pour se ressourcer.
Pour retrouver d'autres passions, d'autres instants.
Aller sous d'autres cieux errer, vagabonder.
Vouloir trouver d'autres idées, d'autres horizons!
Vivre d'autres moments, d'autres évènements,
D'images nouvelles, de mots nouveaux faire moisson.
Pour revenir ensuite plein de nouveaux sentiments.

Mais la pause est parfois de vivre un abandon,
La fuite devant les vicissitudes de la vie,
Devant la tristesse, la solitude, les déceptions.
La pause, est une manière de fuir les folies
De notre monde, de la société d'aujourd'hui!
De changer d'air et d'essayer d'oublier,
Que demain sera encore fait des mêmes ennuis!
Que les heures couleront toujours dans les sabliers!

La pause, c'est aussi, parfois, oublier d'aimer!
C'est ne plus rechercher des femmes, leur tendresse.
C'est en fuyant, tenter à l'amour d'échapper.
Oublier les amours passés, et leurs maîtresses.
Vivre un moment une autre vie, vivre autrement
Les plaisirs que l'on trouve dans le monde virtuel,
Pour redécouvrir en sortant de cet isolement
Les joies de ces contacts, souvent, confidentiels!

Cette pause, c'était vous quitter un peu,
Sans vous oublier vraiment, sans venir poster.
En pensant que le ciel n'est pas toujours bleu,
Et que parfois dans la vie pour mieux se retrouver
Il faut chercher ainsi un peu de solitude
Et savoir en chemin, parfois, faire une pause
Pour voir que la vie n'est pas que décrépitudes.
Et voir qu'avec les épines, il y a des roses.

08/08/2006

Dans un champ de blé ...



Couchés dans le foin
Avec le soleil pour témoin
Un p'tit oiseau qui chante au loin
.....
Comme un petit coquelicot ....

dans un champ de blé





Amour un été


J' étais jeune encore, ....

Des choses de l'amour mal expérimenté
Mais d'elle, désireux d'être aimé.
Nous allions sur un chemin de la campagne
A la main, j'avais une belle jeune compagne
C'était l'été, dans un beau champ de blé
Il faisait bon, il faisait chaud, ensoleillé
Elle était nue sous une robe légère
Je devinais ses formes, sa poitrine fière.
Elle attendait mon étreinte, mes caresses
Elle désirait ce moment de tendresses.
Nous trouvâmes dans ce champ l'endroit
Ou je pourrais sans me montrer maladroit
Lui donner de mon amour le témoignage
Les plaisirs de nos sens, les plaisirs sans age
Elle m'offrit son corps qui fondit sous mes baisers
Elle m'offrit son amour comme elle l'avait désiré
Je la caressais doucement entre les jambes,
Allumant son désir, attendant qu'il flambe
Je n'étais pas son premier, et elle prit son plaisir
Je le lui témoignais, en la prenant, tout mon désir
Ce fut un moment de délire, dans un été torride
Un moment intense où je me montrai intrépide
Lui offrant de l'amour, des caresses osées
Des caresse qu'elle attendait et avait désirées.
Son corps répondait à ma possession.
Son être provoquait mon désir de passion
Je la repris plusieurs fois avec force ou douceur
Je ja sentais heureuse, je faisais son bonheur
Nous vécûmes ainsi un moment d'amour
Dans cette nature, en été, un certain jour.
...
Il y a bien longtemps ...

01/06/2006

Pouvais-je oser ainsi venir vous écrire ...

Mes érotiques ...!!!
Je m'y suis osé,
De mes mots parfois, femmes, je vous ai enchantées ..
Et d'aucunes ont aussi beaucoup appréciés.
Ils ne sont souvent que des souvenirs enflammés.
Mais qui n'ont jamais été oubliés.

le vieil homme



Une métaphore .. "mourir de plaisir"

Elle ne fut pas qu'une belle métaphore,
Elle passa dans ma vie comme un météore.
Avec sa chevelure blonde comme les blés,
Un corps fait de collines et de vallées
Que j'aimais du bout des doigts parcourir
Pour l'éveiller aux folies de l'amour, du plaisir.
Une bouche, aux douces lèvres de vermeil
Des yeux, un regard brûlant comme le soleil.
Une gorge, des seins gonflés de son désir
Des plaisirs que je voulais lui faire subir
Un ventre, un sexe offert et qui attendait
Ce moment d'amour où je la prendrais.

Tout avait commencé comme toujours
Par les prémices, des jeux de l'amour.
Pour se préparer à son plaisir et en jouir
Pour que ces moments lui laissent un souvenir.
Après avoir par ses poses amoureuses
Après de longues étreintes voluptueuses
Des attouchements discrets, réservés,
Précis, pour que son corps soit éveillé
Par des caresses, des gestes plus insidieux
Par la recherche du plaisir par ses sens vicieux
Dans l'attente d'une possession passionnée
Qui la ferait mourir après s'être ainsi abandonnée.

Elle aimait ainsi cette mort par un poignard
Qui venait en son corps planter son dard
Sa respiration haletante, elle criait son plaisir
Elle se cambrait pour mieux le sentir
De ses ongles acérés, elle me griffait le dos
Pendant que sa jouissance venait crescendo
Sentant ce plaisir venir, accélérant le mouvement
Elle ne se contrôlait plus, acceptant l’assouvissement
De son corps à ses désirs, à ses fantasmes.
Subissant l'explosion des sens, l'orgasme
Le bonheur physique qu'elle avait désiré.
Pour m'offrir encore son corps enfin apaisé.

25/05/2006

Nous ne connûmes que des échanges virtuels

Vous ouvrez un jour une porte...
Une fenêtre.. devrais-je dire ..
pour en vivre ensuite une cruelle déception ..

Mon rêve



Echanges


Nous eûmes de si beaux échanges
Sans jamais paraître comme un ange
Je lui disais comment je voulais l'aimer.
Et mon amour avec elle partager.
Comment je voulais admirer son corps.
Le prendre et l'aimer dedans et dehors.
De mes doigts, sa peau de soie parcourir,
Pour lui apporter de moi une réel plaisir.
Je voulais sentir sa peau se grainer
Quand mes caresses l'auraient faite chavirer.
Je voulais sentir la douceur de ses lèvres
Sur mon corps m'apporter leur fièvre.
J'aurais aimé dans mes bras la tenir
Pendant que mes étreintes la faisait jouir.
Nos corps ainsi tendrement enlacés
Auraient par notre plaisir été emportés.
Vers un univers voluptueux de tendresse
Nous apportant de nouvelles ivresses.
......
Mais le temps passa, et rien n'arriva!
Un jour, sans raison, elle m'abandonna.
De faux prétextes et de faux arguments
Ne me permirent pas de connaître ces moments,
Dont depuis des mois avec espoir je rêvais.
Mais qui doivent être oubliés désormais.
....
La vie est ainsi faite de déceptions
D'amours perdus sans justification
Les années passant, on ne peut qu'espérer,
Qu'un amour réel puisse encore s'échanger.
....
Femmes vous qui êtes à nos yeux si belles,
Pourquoi à nos amours restez-vous rebelles
A nos corps qui veulent avec vous encore partager
Des passions, des échanges et vous aimer.

15/05/2006

Les plus belles fleurs de l'été

Quand le soleil revient toutes les femmes sont belles...
qu'il est agréable alors de se promener ...
Et de vous regarder

robe d'été


Les fleurs du soleil

Femmes, que vous êtes jolies !
Quand sur vos corps le soleil brille.!
Pour vous ! Nous ferions des folies.
Quand ses rayons vous déshabillent.

Femme que vous êtes belles et désirables
Quand Phébus des ses rayons vous éclaire!
Et nous laisse de vous des images inoubliables
Des images devinées de vos appâts téméraires

Femmes, comme le soleil, allié de vos charmes
Enveloppe vos corps, fait ressortir vos rondeurs
Laissant deviner vos plus belles armes
Qui feraient, pour nous hommes, notre bonheur.

Femme comme le soleil de ses chauds rayons
Soulignant au travers de vos robes légères
Les courbes sinueuses de vos appâts folichons.
Découvrant plus encore vos poitrines fières.

Femme pourquoi vouloir ainsi nous damner
De vos corps et ses attraits, provoquer nos désirs
De vos charmes vouloir ainsi nous enchanter
Et nous faire redécouvrir de nouveaux plaisirs.

Que j'aime le soleil! Que j'aime cette saison!
Qui fait pour nous refleurir vos charmes
Que j'aime cet astre, qui par ses rayons
Nous montre des femmes qui nous désarment.

31/03/2006

aimer une rose ...

Comme une rose


Comme une rose ...

Dans sa robe amarante, elle était la plus belle
Entourée de robes jaunes, roses, blanches
Tous les regards se tournaient vers elle
Elle éclipsait , même, les jolies pervenches.
Dans ce jardin des célébrités et des vanités
Elle s'imposait comme une déesse
Dans ce monde où toutes sont des divinités
Elle entraînait les hommes dans l'ivresse
Par son parfum suave et envoûtant.
Tous, entre leurs doigts voulaient la prendre!
Pour l'approcher de leurs lèvres un instant.
Mais la beauté savait se défendre!
Ses épines, laissant des traces profondes.
Qui laisseraient d'elle, des souvenirs
Plus persistants que celui d'une blonde.
Pourtant éphémère, comme tout plaisir.
Comme d'une femme, une fois cueillie,
Avec le temps, perdant sa fraîcheur
Il ne resterait qu'une rose flétrie!
Qui un instant avait fait notre bonheur.

21/03/2006

vivre de ses souvenirs ..

Un beau visage



Chaque fois que je lis son nom,
Je ne peux m'empêcher de penser à elle
Et aujourd'hui encore je ne l'ai pas oubliée.
De son nom j'ai gravé le texte ...
pour lui dire "je t'aime"

C'est pour elle je l'avais écrit ...
Et pourtant je ne le lui ai jamais donné ..

Comment dire qu’on aime ?


Comment encore te dire que je t’aime et le montrer.
Ou encore, te chanter ma façon de rêver
L’amour qu’en mon esprit, tu as fait germer.
Et chaque jour souffrir de ne pas pouvoir t’enlacer.
Tendrement contre moi, dans mes bras te serrer.
Toucher tes cheveux, ton corps, tes lèvres embrasser.
Et chaque nuit avec volupté te désirer.
Jour après jour sentir mon corps s’enflammer.
Entendre ta voix, espérer ton regard, attendre un baiser,
Te dire et redire comment je voudrais t’aimer.
Avec mes mains, avec mon corps te faire brûler
Intensément, te faire atteindre au désir de partager
Ma passion, et vivre du plaisir que je veux te donner.
Espérance vaine, rêve insensé, devrais-je tout oublier ?

01/03/2006

comme un petit coquelicot ....


Le chemins de la vie ne sont pas toujours fleuris !
Ils sont fait d'embuches et de beaucoup d'ennuis.
Pourtant on y trouve toujours des fleurs à cueillir.
Et comme de jolies fleurs, des filles pour vous sourire
A l'une d'elles j'avais écrit ceci en souvenir ...

Et comme d'une fleur...

Comme d'une fleur,
J'aimerai enlever tes pétales.
Pour que tu sois sans rivale.

Comme d'une fleur,
Je viendrai ton parfum humer
Et tes senteurs respirer.

Comme d'une fleur,
Je te conserverai dans un vase
Et te contemplerai avec extase.

Comme une rose,
Je boirai à tes lèvres le bonheur
Que peux offrir une belle fleur.

Comme d'une rose,
J'aimerai ta robe si douce et fine
Et je souffrirais de tes épines.

Comme d'une rose,
Je m'enivrerai de la beauté
De ton corps que j'aurai caressé.

Mais comme une belle fleur,
L'espace d'une saison, d'un été
Tu passeras, comme ta beauté.

04/12/2005

Une minute d'amitié ....!!!!

Ce n'était pas hier ...
c'était même..il y a un certain temps ..
Saura-t-elle que c'est pour elle que j'ai écrit ...????
En souvenir d'un merveilleux moment
Mais qu'est-ce qu'un moment,
Une heure, un après-midi dans une vie....
en compagnie d'une amie,
Et pourtant, rien n'a jamais existé
En dehors d'une tendre amitié
Enfin je le croyais .....
....
Aujourd'hui il ne me reste que le souvenir d'une fleur.
Mais ...
je souffre de son indiférence!
je souffre de ses silences
je souffre de ses oublis
je souffre de ses absences .!!!!

Pour une Orchidée




Pour une minute ... d'amitié


Un moment d'amour, de bonheur,
J'ai connu un moment de bonheur ...
J'ai pu voir son beau sourire,
J'étais là, et ne savait que dire!!!
J'ai regardé ses yeux rieurs
J'ai vu son corps tentateur
Un moment de bonheur dans ma vie
Un instant de d'amour de folie
Une rencontre folle, boire ses baisers
Du plaisir, dans mes bras la serrer
Sentir ses formes, son corps
Vivre un moment d'amour fort
Avec elle, échanger des propos!
Emu, je devais chercher mes mots.
Un moment de bonheur trop court
Reste l'espoir d'un prochain retour!
L'espoir d'une autre moment de bonheur,
Un moment que l'on attend des heures.
Un moment que l'on voudrait, éternité.
Moment que l'on vit avec intensité.
Des moments qu' on oublie jamais
Qui reste gravés en nous, désormais.
Car, ce fut agréable, merveilleux,
Laissant un goût de trop peu.
Merci chère amie, de ce moment,
Dans mon cœur, il vivra longtemps.
Mais que ce moment fut court,
Je vivrai encore pour le jour
Pour vivre ce souvenir sans péché
Qui n'était qu'un moment d'amitié.

14/11/2005

Peut encore rêver à tout age ... ???

Oh râge, oh désespoir, oh vieillesse enemie,
n'ai-je donc tant vécu, que pour cette infamie ...

le couple


Croire de pouvoir encore vivre une chimèrique aventure ????

L'arbre à chaque automne perd sa parure
L'homme à l'automne de sa vie,veut encore rêver
Qu'il pourra trouver dans une liaison impure
Un femme qui pourrait vraiment l'aimer
Pour trouver pour sa vie un peu d'amour, un futur
Qui lui permettrait d'encore exister et d'aimer
*
**
Et pourtant ...
la réalité est tout autre ....




Chimères


*
**
Aimer sans le comprendre,
Sans espérance, sans avenir
Aimer et toujours attendre
De pouvoir un jour la sentir
Et dans mes bras la prendre
Contre mon corps la tenir
*
**
Mais ce rêve est sans espoir,
Un amour vain, une chimère,
Un désir, une passion illusoire
Un moment d’amour éphémère
Un désir sans demain, sans espoir
Un amour qui laisse un goût amer
*
**
Et pourtant , je veux encore espérer,
Je veux pouvoir penser à ce jour
Où je pourrai dans mes bras la serrer
Lui chanter mes mots et mon amour
Je veux encore croire en cette réalité
D’un impossible amour en retour
*
**

27/10/2005

 les rêves .. qui troublent


Les rêves ..
ne se contrôlent pas
Mais qui se reconnaîtra ???

Pourquoi avoir peur d'écrire,
ce que parfois le désir vous inspire
Qui est-elle, cette belle hétaïre
qui me fit vivre cette nuit de délires?
...

Rêve erotique


Fantasme..
un rêve érotique


Aurai-je rêvé de l'avoir cette nuit, aimée
D'avoir de mes lèvres son corps enflammé
D'avoir réveillé en elle l'extase du plaisir
D'avoir porté son corps au sommet du plaisir

Aurai-je rêvé, de ces moments d'amour
De lui avoir offert un souvenir pour toujours
D'une nuit de folie, et de l'avoir fait mourir
D'amour, de jouissance et de plaisirs

Aurai-je rêvé d'avoir ses seins caressés
De mes lèvres, les avoir au plaisir éveillés
Avoir senti son corps sous moi se raidir
Pour mieux son plaisir atteindre et assouvir

Aurai-je rêvé, d'avoir couvert son corps de baisers
D'avoir bu la vie aux lèvres de son intimité
D'avoir su la porter vers l'extase du plaisir
En répondant à tous ses plus fols désirs

Aurai-je rêvé d'avoir de ma langue pénétré
Au coeur de son désir jusqu'ici inavoué
De m'avoir de sa jouissance inondé le visage
Réagissant à ce plaisir dément avec rage.

Aurai-je rêvé, la pénétrant profondément
De ce moment où me chevauchant lentement
Elle me donnait ses seins à embrasser
C'est alors que j'ai du me réveiller ?

Mais je n'ai que rêvé, cette nuit d'amour
Avec cette hétaïre que j'attendrai toujours
Et aujourd'hui étourdi, je dois déchanter
Ce n'était qu'un rêve, il ne pourra se réaliser

20/10/2005

L'indifférence .....Amour ..... l'oubli



Hier j’ai regardé des photos,
Des photos enfuies dans une malle.
Et je l’ai revue,
Et me suis souvenu …
J’étais très jeune encore …
Et pourtant j’ai revécu ce moment …


L'oubli


L'indifférence



Elle est passée, sans même me regarder
Elle m’a dédaigneusement ignoré
Elle a oublié tout ce que nous avions passé
Ces années, que je lui ai donné à l’aimer.

Se souvenir de nos étreintes voluptueuses.
Revoir en pensées ces moments de vie amoureuse
Revoir ce beau corps, aux courbes gracieuses.
Cette femme que je voulais rendre heureuse

Oublier que nous avons été amants
Nous nous sommes quitté sans déchirement
Notre amour s’était détruit lentement
Nos adieux ne furent pas émouvants.

Est-ce cela l’indifférence, l’oubli du souvenir ?
L’indifférence est-elle une façon de faire souffrir ?
L’oubli des moments de bonheur, de plaisir
Une fantaisie de l’esprit pour faire mal et partir.

Qui me dira, pourquoi cette indifférence
La vie n’est pas faite que d’ignorance
Pour vouloir effacer dans l’insolence
Ce que le cœur avait gardé d’espérances.

30/09/2005

Amour pour une Lune

La lune a toujours exercé une certaine fascination sur les hommes (au sens large), et sur les poètes en particulier ..
J'ai parfois parlé de Dame Lune dans le passé ...
Mais en ce présent, c'est d'une Lune troublante que je veux parler ..

La lune en rêve



A une LUNE ROUSSE

Labyrinthe dont je ne trouve pas le chemin.
Univers de mon abstrait, de mon virtuel.
Navigant dans l'océan de mon difficile destin.
Egérie amoureuse de mon esprit trop rebel
Reine des fantasmes de mes longues nuits
Obsédante maîtresse de mes sens en éveil
Utopie de mes rêves toujours inassouvis
Sirène, aux chants doux comme le miel
Sublimant mes rêves de vieux perverti
Enivrante chimère, de tes mots tu me rajeunis.

07/09/2005

L'amour virtuel .. l'amour platonique

je viens aujourd'hui avec un autre exercice .. vous parler de la manière virtuelle d'aimer.

mise au point du 10/09 ..
pour lever toutes les ambiguités sur ce post ...
je ne m'adresse à personne en particulier ...
comme je l'ai déjà dit ce blog n'est pas toujours le reflet de moi ...
simplement, que j'aime discuter, parler, badiner, dire des gentillesses, des galanteries qui plaisent, philosopher ...et réfléchir .. sur les sentiments et la vie ..
Si j'avais un amour sincère et platonique, ce n'est pas ici que je viendrais en parler ..
Je voudrais simplement rappeler que l'amour platonique n'a rien à voir avec l'idée platonicienne ...
et que moi j'ai besoin d'aimer vraiment, de ressentir des émotions fortes pour être capable d'écrire, de dessiner, de peindre ..
enfin pour conclure, je vous dirai que je n'ai jamais rencontré aucune des personnes qui viennent régulièrement commenter sur mon blog ...
mais j'apprécie beaucoup leurs commentaires.
Et parfois, je resessens des émotions ....!!!!!!!

Platon




Aimer d’amour virtuellement


Avec mes mots pénibles, je viens encore vous entretenir,
Pour vous poser une question, voudrez-vous y répondre ?
Je lirai tous vos commentaires avec grand plaisir
Qu’ils viennent me dire que j’ai raison ou me confondre !

Je vais parler d’une conception philosophique de l’amour.
De ces amours impossibles, de ses amours orphelins.
L’histoire est faite d’exemples de ces chansons d’amour.
De ces tristes amours qui ne trouvèrent jamais leur chemin.

La poésie et le prince des poètes en tête avec des mots,
Chantaient aux belles inaccessibles l’amour de leur cœur.
Ronsard aimant Marie, et Genièvre se refusant à Lancelot !
Qu’ils sont nombreux à avoir ainsi languit sans bonheur !

La littérature, parle d’amour de la rose, d’amour courtois.
Mais pour le citer, évoquer et rester plus classique.
Parler de ces amours qui laissèrent les flèches au carquois.
Je voudrais ici parler de l’amour sans, de l’amour platonique.

Du sincère amour inavoué de Cyrano pour Roxane,
De ces amours fous qui sont aussi un adultère cérébral.
De l’impossible amour de Buckingham pour la reine Anne.
De ces amours qui parfois donne vie à un rêve infernal.

Croyez-vous aujourd’hui, encore, qu’il soit possible,
D’aimer sans rencontrer, sans voir, sans consommer.
De crier avec des mots, sans que cela soit risible ?
Ma bien aimée, je viens ici virtuellement vous aimer.

Je voudrais vous aimer et vous donner mon cœur,
Voudrez-vous en échange, me donner de votre temps
Pour que je vienne vous conter le virtuel bonheur
Que vous lire, m’apporte un nouveau printemps.

Croyez-vous qu’il soit possible dans un monde virtuel
De vivre un amour platonique, fait d’échanges, de mots
D’éprouver des sentiments d’amour fort et réels,
Qui seront partagés et dont l’autre recevra l’écho.

20:24 Écrit par Aramis-le-rimailleur dans Littérature/Poésie, Mes Reflexions, Rimes sur Amour | Lien permanent | Commentaires (48) |  Facebook |

19/08/2005

On ne peut vivre sans rêver

pourquoi dois-je parfois rêver à l'impossible ..???

Rêve impossible



Mon impossible rêve

Je voudrais crier mon rêve impossible
Le crier, le comprendre, le réaliser
Je voudrais le vivre sans être risible
Ces moments que mon esprit veut imaginer
Merveilleux fantasmes de mon corps
De mon être trop tôt rejeté
Trop jeune encore pour être mort
Trop beau encore que pour être oublié

***
Quelles pensées obsédantes le jour
Puis-je vivre en rêve la nuit
Rêver et tendrement aimer d’amour
La femme que je veux cueillir comme un fruit
Et pouvoir ainsi de ce corps m’enivrer
Le caresser, tâter ce corps virtuel
Le sentir, le vivre et ne plus l’oublier
De ce rêve faire une réalité moins cruelle

***
Mais le temps chasse le temps qui fuit
Mais l’esprit ne peut oublier le temps
Ni l’image de ces rêves enfuis.
Pourtant il faut vivre un présent
Morne, comme une triste plaine
Attendre de partir, sans espérer!
Alors qu’à chaque heure ma peine
Mon désir ne font qu’augmenter

***
Mais le réveil mit au rêve une fin
De se retrouver les pieds sur terre
De réaliser l’impossible destin
Qu’une virtuelle et irréelle chimère
Avait pendant un rêve, semé le désir
Et fait rêver à un impossible amour
D’un faux espoir de trouver le plaisir
Et de pouvoir encore aimer un jour.

***

25/06/2005

Les femmes à la plage ....


En vacances nous avions le plaisir de regarder, soit sur la plage ou au bord de la piscine ces femmes de tous âges (majorité d'allemandes) s'offrant à nos regards
pour les retrouver alors en soirée au club ... mais habillées, souvent de façon suggestives ....

bof on ne vit bien qu'une fois ...

La plage et les femmes


Le soleil et la plage


Femmes que vous êtes jolies
Quand le soleil brille dans vos vies.
Femmes que vous êtes belles
Dans vos robes légères comme des dentelles.
Femmes que cet été fait fleurir,
Pour nos yeux et notre plaisir.
Vos corps désirables à peine dissimulés
Sous les fleurs de vos déshabillés,
L'été vous transforme en des fruits
Dont les images viennent hanter nos nuits.
Vos corps en ces jours de soleil
Prennent des formes douces comme le miel.
Oubliant toute pudeur, sur les plages,
Vous offrez à nos regards les images
De vos corps alanguis et désirables.
Nous laissant des souvenirs inoubliables.
Nous aimerions comme avec des fleurs
Faire de vous des bouquets de bonheur
Que nous pourrions regarder tout l'été
Vous admirant comme des divinités.
En n'oubliant que le temps passant
Vous perdrez ces attraits attirants,
Qu'avec le temps, comme les fleurs
Vous changeriez d'aspect et de couleur
Pour vous dissimuler à nouveau
Sous vos lourds oripeaux
Réservant pour un an, à vos maris, vos amants
Ce que nous n'avons vu que l'espace d'un moment.


de moi.... retour cruel aux réalités de ma vie

21/05/2005

le nu sans visage

nu sans visage

Le poète peut-il inventer ses rêves .???.
et venir ainsi les chanter ....
Saura-t-elle que c'est pour elle que j'ai ecrit ...????
En souvenir d'un merveilleux moment
Mais qu'est-ce qu'un moment,
une heure, un après-midi dans une vie....
en compagnie d'une amie,
qui vers elle vous attire, vous lie.
Un moment sensuel, délicieux,
qui vous rend heureux ...!!!!

Pour un moment de bonheur.....

Un moment d'amour, de bonheur,
J'ai connu un moment de bonheur ...
J'ai pu voir son beau sourire,
J'étais là, et ne savait que dire!!!
J'ai regardé ses yeux rieurs
J'ai vu son corps tentateur
Un moment de bonheur dans ma vie
Un instant de d'amour de folie
Une rencontre folle, boire ses baisers
Le plaisir dans mes bras la serrer
Sentir ses formes, son corps
Vivre un moment d'amour fort
Avec elle, échanger des propos!
Emu, je devais chercher mes mots.
Un moment de bonheur trop court
Reste l'espoir d'un prochain retour!
L'espoir d'une autre moment de bonheur,
Un moment que l'on attend des heures.
Un moment que l'on voudrait, éternité.
Moment que l'on vit avec intensité.
Des moments qu' on oublie jamais
Qui reste gravés en nous, désormais.
Car, ce fut agréable, merveilleux,
Laissant un goût de trop peu.
Merci chère amie, de ce moment,
Dans mon cœur, il vivra longtemps.
Mais que ce moment fut court,
Je vivrai maintenant pour le jour
Où nous pourrons nous aimer
Des heures sans devoir nous cacher.

04/05/2005

Pourquoi les rêves ne se réalisent ils pas???

Etait-ce une nuit de Neige, sans Lune-rousse, sur une ile de rêve du pacifique, ou dans une forêt amazonienne, où fleurissent les orchidées, ou perdu dans son maquis ou simplement dans une rue de la cité Ardente ?
Pourquoi, une image s'imprime-t-elle dans l'esprit de l'homme
Pourquoi, une rencontre, un croisement dans la rue, dans un endroit,
et l'image d'une femme vous poursuit dans vos nuits, dans vos rêves ..
Et si cela, finalement, n'avait pas été un rêve ...
qui le saura jamais ....
je vous poserai alors une question
Pourquoi les rêves ne se réalisent-ils jamais ? ...

Premier baiser

Rêve ou Réalité ...d'un baiser

Notre rencontre, commença par un baiser.
Un baiser fou, échangé sous un parapluie.
Un baiser qui me permit de tout espérer.
Un baiser d’amour échangé avec frénésie.
Sentir son corps contre moi, se blottir,
Mes lèvres quittant sa bouche délicieuse
Pour venir déplacer dans son cou le plaisir.
Et dans cette première étreinte amoureuse
Lui apporter la preuve de ma présence
Son corps acceptant ce contact violent
Contre moi, ne montrait aucune réticence
Aux caresses, et à ce baiser insolent.

La suite, fut un moment de charme, de plaisirs.
Attablés, face à face, la main dans la main,
Nous échangions sur nos vies et nos désirs
Avec douceur, nous parlions de notre demain.
Elle offrit la main pour que j’y dépose mes lèvres
Avec plaisir, la caressant, j’ai déposé mon baiser.
J’étais là devant elle, je vivais mon rêve.
Je me demandais, comment cela allait se terminer.
Le temps passait, fuyait, s’écoulait trop vite,
Et déjà nous devions sortir, c’était déjà une fin
Cruel dilemme comment continuer, quelle suite
Donner à ce moment de contact un peu coquin.

Le soleil était là, le ciel avait ouvert ses nuages.
Aussitôt dehors, nous échangeâmes un baiser
Pas un simple baiser, mais baiser brutal, sauvage
D’un bras je la tenais pour contre moi la serrer
L’autre main voyageuse, s’insinuant sous sa jupette
Pour aller fouiner dans des lieux intimes, interdits
Pour trouver la vallée et caresser la languette
Elle comprit mon désir, et à son tour y répondit.
Nous étions en rue, une rue presque déserte,
Et là, j’aurais voulu pouvoir la prendre ainsi,
Je la sentais désireuse et en amour experte.
Mais le temps avait passé, l’intermède était fini.

Etait-ce un phantasme, un rêve de l’avoir vu venir
Comme je l’avais toujours imaginée, légère
Et court vêtue, pour satisfaire nos plaisirs.
Son regard, son sourire, par quel mystère
Par quelle divination, quelle prémonition
Avais-je pu avoir cette image dans ma tête?
Etait-ce uniquement un effet de mon imagination ?
Etait-ce en rêve que j’avais vécu cette fête ?
Quel souvenir restera après mon réveil ?
Mais ai-je vraiment dormi, ai-je fait ce rêve ?
L’avais-je vraiment embrassée sous le soleil ?
Mais, je me suis réveillé .. et j’avais la fièvre.


Je n'oublierai jamais cette etreinte, ce baiser

23/04/2005

les leures du net

Mensonges du net



venir ici se lamenter n'a pas de sens ...
mais sur nos rencontres virtuelles ironiser
prouve que vos nombreuses présences
sont là pour nous plaire et nous occuper




Mes Dames derrière vos images virtuelles........
Vous nous paraissez toujours les plus belles.....
Dans vos yeux nous devinons les étincelles.....
Qui illuminent le web de mille chandelles. ..

Les fleurs palissent devant vos sourires
Et les hommes que vous faîtes languir
Ne peuvent, leurs doux mots retenir
Pour venir auprès de vous ici se pervertir

Quand sur msn, vos yeux invisibles......
Nous lancent des traits terribles.........
Nous nous sentons comme d'incorrigibles........
Amants, en espérant devenir vos cibles....

Dames, de vos bisous, kikou vous nous couvrez,
De vos mots gentils, amis nous vous remercions.
Mais aussitôt les windows refermées, vous oubliez
Que c'est pour vous trouver qu'ici nous étions.

Et nous, dans nos rêves et nos solitudes
Dans nos quotidiens, oubliant l'ingratitude,
Nous retournons, espérant que cet interlude
A une nouvelle rencontre est un prélude

18/04/2005

Un elfe poète disparu

Elfarranne




Elle venaitt avec ses mots, chaque jour
Nous parler de tout de rien et d'amour
C'était un elfe, petit génie des bois
Qui sortait avec douceur de son carquois
Les mots pour donner à ses images
Une nouvelle vie, un nouveau langage.
Un jour il n'est plus revenu nous enchanter
Avec ses mots, sa musique, son amitié.

ELFARRANNE

Elle déposait ici, avec bonheur et talent
Les pensées, ses souvenirs d'un moment
Fabriquant avec ses mots des couronnes de fleurs
Arrosant de parfums et de couleurs nos coeurs
Rappelant que les mots peuvent enchanter
Ravir et faire aussi parfois pleurer
Avec bonheur, elle venaitt comme une fée
Noyer dans l'oubli nos mélancolies
Narrer aussi de son passé, de sa vie
Evasions de son esprit et de sa répartie.

08/04/2005

Rêver d'une AMAZONE


Pigmalion



Se souvenir, d'un passé pas très lointain ...
D'un rêve qui ne changea pas mon destin


L'Amazone

Aurais-je rêvé, serais-je réveillé..?
Qui est cette amazone, à la blonde chevelure ?
Qui de ses yeux verts semble me regarder?
Qui est cette femme belle comme la nature?

Qui est-elle, celle qui vient chaque nuit,
De sa présence enchanter les heures?
Qui sans elle, seraient faites d'ennuis
Et qui se transforment ainsi en bonheur.

N'est-elle qu'une image dans mon rêve?
Image que je ne verrai jamais en réalité
N'est-elle qu'une image furtive et brève?
Que jamais je ne pourrai rencontrer.

La douceur de son visage me hante le jour
Je ne peux, parfois, de ses mots virtuels,
Qu'entendre les sons, pour un simple bonjour
Prononcé par ses lèvres sensuelles.

Qu'elle est longue cette attente de te voir !
Ma belle Amazone! mais ce n'est qu'un rêve
Et toutes les nuits sans espoir de te voir
Je continuerai à vivre mon impossible rêve.

03/04/2005

Pour une amie ...

pour une amie


Oh Femmes, Oh mes Dames, que me diriez-vous,
Si je vous tenais le langage ci-dessous !!!


Amitié sans Amour

Amie voudras-tu ma présence un jour
Tendrement auprès de toi, accepter.
Amie quand pourrai-je de mon rêve
Voir apparaître une réalité.
Amie, voudras-tu un peu d'amour,
De ton cœur, un jour, me donner.
Et goûter le plaisir de tes lèvres
Et la douceur de ton premier baiser.

Mais existes-tu pour moi aujourd'hui?
Car c'est pour toi que j'ai écrit.

Comme j’aurais pu l’écrire dans le passé,
Pour une tendre amie que j’aurais aimée.

Car je rêve toujours d'amitié et d'amour.
Et c'est en vain qu'au soir de chaque jour.

Je cherche dans l'amitié un peu de chaleur
Qui m'apporterait aussi un peu de bonheur.

Chaleur, bonheur qui serait fait d'affection.
Chaleur, bonheur qui deviendrait un peu passion.

Mais oublions de ce rêve insensé les chimères.
Oublions ce rêve, et restons les pieds sur terre.

Soyez pour moi mes Dames, des muses inspiratrices
Dans mon monde qui ne peut faire vivre un caprice.

Car ce n'est qu'avec mes vécus mes sentiments,
Que je trouve l'inspiration, pour écrire en ce moment.


pensées d'aujourd'hui

30/03/2005

Juste un baiser Madame

Juste un baiser



Voici ce que j'aurais pu vous dire ma Dame,
Si, mes mots vers vous pouvaient voler ...
Et que vous daigneriez m'écouter

Que ce silence est lourd, ma dame,
Quand je ne vous lis point !
Que c'est long et je vous le clame,
J'en conçois un grand chagrin!!
Devrai-je toujours attendre
Pour vous lire ou parfois vous voir
Ou pour trop rarement vous entendre
Et vivre que du seul espoir
Qu'un jour, daignant accepter
De moi un premier signe
Finalement vous me demanderez
Qu'à vous oublier je me résigne.

de moi...
pour qui ..
et pour ne jamais être entendu

19/03/2005

Y a-t-il un age pour encore aimer

Une fleurs à cueillir



Combien d'homme n'ont-ils pas fait cette prière ?????

Prière ....

Vous dirai-je comment je veux encore aimer....
De mon corps, de plaisirs une femme affoler,
De mile façons la posséder, la faire jouir
Pour que son corps d'amour expire.
Mais aussi de mon coeur, un peu d'amour
Des sentiments, je veux lui donner chaque jour.
Je voudrais, qu'elle m'accepte comme je suis
Qu'elle m'aime, que dans mes bras elle se blottit.
Je voudrais, que près de moi elle soit heureuse
De passer quelques moments en amoureuse.
Nos corps, tendrement enlacés, d'un plaisir
Sans cesse renouvelé, lui apportant le désir
De mon être, la pénétrer, la faire atteindre
A un plaisir réel, qu'elle ne voudra pas feindre.
Sentir son corps jouir d'un plaisir ardent
Que je lui ferai gouter en la reprenant.
Chaque partie de son corps de ma bouche couvert
Elle sentira en elle monter un érotisme pervers
Et alors répondant à cette folle jouissance
Elle me rendra espoir et une nouvelle puissance.
Nos ages brisant la limite pour de nouvelles folies.
Nos chaudes étreintes étant de nouvelles vies
Pour nos sexes avides de s'étourdir de plaisirs
Avant que les années nous obligent à en finir.


le rêve qui ne restera qu'un rêve ...
pour devenir un cauchemard ..
une souffrance, une absence ...
un rejet ...