28/01/2013

donner la main à son père

Il est des réalités de la vie qu'on ne peut jamais oublier ....
Des souvenirs qu'on n'aura jamais ...
d'une vie qui ne fut jamais un long fleuve tranquille

père et fils.JPG



Le père

Ai-je déjà parlé de mon père inconnu ?
Un père qu’une guerre ne m’a pas reconnu !
Un père mort, tué avant ma naissance !
Tué pour d’un peuple assurer la défense !
J’ai grandi sans père et il me manque toujours.
Je n’ai pas connu son affection, son amour.
Il ne m’a jamais fait sauter sur ses genoux.
Il n’a jamais pu me dire des mots doux.
Je n’ai pas eu l’occasion de lui dire papa !
De marcher à ses cotés, imitant ses pas.
Je n’ai pas connu ses mots, son autorité.
Car pour sa famille, je n’ai jamais existé.
Elle m’a refusé de me donner son nom,
Car je n’étais qu’un enfant bâtard sans nom.
Il n’a jamais pu me montrer le bon chemin.
Me guider dans mes choix en me tenant la main.
Cette absence aujourd’hui encore me pèse.
Et parfois dans ma vie, j’ouvre une parenthèse,
Pour l’imaginer, et essayer de me rappeler
Les images qu’on a essayé de me donner.
Images virtuelles, descriptions superficielles,
Image d’une personne parfois spirituelle.
Un homme fidèle, attachant et galant,
Un homme très courageux et entreprenant.
Mais, je n’ai de lui jamais vu le visage
Aucune photo n’étant restée de son passage.
……
Quand j’ai su parler, et jusqu’à son trépas
C’est mon grand-père que j’ai appelé « PAPA ».

20/01/2013

Juste une passage éclair, quelques jours de trève

Hopital.jpg Il peut arriver qu'un silence soit forcé.
C'est un peu mon cas après avoir appris une semaine avant la Noël que j'étais atteint de ce qu'on nomme généralement, ( quel euphémisme !) , " une longue et pénible maladie " dans un état très avancé.

Pourtant jusqu'en octobre je me sentait en pleine forme !.

Mais cela pendant mon séjour prolongé en clinique, quand j'en étais capable, ne m'a pas empèché d'écrire.
Je vous en livre le résultat.

Le silence ….

Quels sont les bruits qui entourent le solitaire.
Passe-t-il sa vie à toujours se taire !.
Quand il peut entendre une mouche voler
Dans les lieux où il ne fait qu’évoluer !
Est-il coupé de toute vie de société ?
Quand l’ermitage devient son intimité !
Mais les bruits qui l’entourent sont la vie.
Car le silence possède ses fantaisies !
Le silence est plus qu’un mot, une chose.
Il n’est pas non plus une sorte de narcose.
Le silence impressionne, s’interprète, vit !
Enfant, le silence en classe nous asservi.
Ne dit-on pas qu’il peut être envahissant.
Un grand silence est parfois impressionnant.
Il peut peser lourdement sur une assemblée
Un silence pesant pour rassembler ses idées.
Il peut aussi se montrer éloquent, approbateur
Mais aussi pour respecter, par simple pudeur.
La musique possède aussi ses silences
Pourtant il est du bruit le signe de l’absence.

« Le silence est d’or » dit un très vieux dicton !
Pour clore parfois une mauvaise discussion.
Car, s’iI est bon de parler, meilleur est se taire.
Ce qui pourrait être le dicton d’un solitaire.
Dans le silence, il y a des mots des paroles,
En parler ici ressemble à une parabole.