23/11/2012

Le poids des ans ...???

Venir en aide aux autres, vous fait parfois vous rendre compte, comment les années ont marqués votre vie ...


agesvie.jpg


Le poids des ans ….

Qu’il est lourd à porter, le poids des années !
Le jeune enfant est à l’âge de l’insouciance
Des années, faites de jeux et déchainées.
En attendant l’acné de l’adolescence.
Cette adolescence, et ses premiers amours.
Période qu’on dit de crise et de révoltes.
Avec des choix qui plus tard pèseront lourds.
Faire ses premiers pas de jeune désinvolte.
Mais, il faut étudier, apprendre à travailler.
Choisir entre les plaisirs et les obligations.
Apprendre le respect des lois et batailler.
Et des ainés recevoir un vernis une éducation.
Pour déboucher finalement dans un monde,
Une jungle où il faudra toujours lutter.
Vaincre les périls d’une société moribonde.
Souvent tout accepter sans pouvoir protester.
Et un jour partir sur les chemins de la vie.
Trouver un travail, fonder une famille.
Toujours devoir compter, éviter les folies.
Toujours rechercher dans le foin une aiguille.
Et ainsi accumuler au fil des années
Les charges d’une vie et ses obligations,
Aux prix des expériences réussies ou ratées
Avec en prime souvent beaucoup de privations.
Et un jour constater, qu’au bout du chemin
La vie fut un cadeau difficile à porter
Dans un monde devenu une jungle inégalitaire
Où il est devenu difficile d’encore lutter
Où, il ne nous reste que le droit de se taire.
Ce que nous ferons tous finalement un jour
En éteignant la dernière chandelle de vie
Laissant pour d’autres les poids de nos détours
Qu’ils appelleront nos erreurs et nos folies.
Le poids des ans sont aussi nos engagements
C’est l’aide et l’amour que nous avons donnés
Et de la vie avoir subit les changements !
C’est se retrouver vieux et abandonné !

16:54 Écrit par Aramis-le-rimailleur dans Genéral, Mes Reflexions, Scènes de la vie, Web | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : vie, chemins, société, chandelle |  Facebook |

04/11/2012

Comme la peste noire

Dans le passé, même dans passé récent encore, des Allemands, des Japonais, des Chinois, des Russes, des français, des Anglais, des Iraniens, des Syriens, des Rwandais, des Serbes, des Albanais, des Afghans, les drakiens, des Palestiniens, des Nigériens, des Algériens, et bien d'autres encore, tous amoureux de la Paix, sont morts parce que leur majorité pacifique n'a pas réagi avant qu'il ne soit trop tard. Et dans l'avenir l'histoire se répètera.
Dans l'histoire, des minorités agissantes, prêchant l'intolérance, ont souvent menés le monde à des catastrophes, pires que la peste noire.

cavaliers-de-lapocalypse.jpg



Les 4 chevaliers de l'Apocalypse ..
Le blanc ... la vérité du conquérant
le roux ... la guerre
Le noir .... la famine, la peste noire
Le gris ...La mort .

La peste noire


Comme un roman fleuve se déroule l’histoire
D’un monde fou, qui court à sa perdition !
Vivant sur une terre sans échappatoire !
Et dont personne n’a aujourd’hui la solution.
Une terre qui se réchauffe, un monde qui pollue
Une consommation qui en épuise les sources
Des êtres humains aux habitudes dissolues
Qui ne vivent que pour augmenter leur bourse.
Rien, oui plus rien aujourd’hui ne réjouit
Nous entrons dans un monde sans avenir
Un monde dont la vie par ses erreurs se détruit
Un monde où plus personne ne trouve plaisirs
Les guerres du passé n’étaient que billevesées
Face aux calamités qui seront là demain
L’orthodoxie du monde sera bouleversée
Le monde deviendra encore plus inhumain
Les injustices changeront de camp et d’identité
L’équilibre recherché pour tous les hommes
Dans un monde, fou, avec ses inégalités,
Mais oubliant l’histoire d’Eve et sa pomme
Nostradamus en avait-il eu la vision ?
Un fléau, un mal, pire qu’une gangrène
Rongeant, détruisant notre civilisation
Sournoisement, sans que rien ne le freine,
Le mal gagne, demain tous n’en mourrons pas !
Mais ne laissera aux survivants que peu d’espoir !
Le mal ne vient pas de loin, mais nous vaincra.
Il nous gagne, nous ronge comme la peste noire.
S’installe par ses doctes et son intolérance.
Agissant toujours insidieusement,
Exigeant toujours de nous, une tolérance
Pour leurs exactions et leurs débordements.
Revendicatifs, imposant à l’Europe
De les admettre et tout leur attribuer
Agissant souvent comme des lycanthropes
Hypocritement, ils ne veulent que dominer.
Et au nom des droits de l’homme, autoritaires,
Nous forcent d’accepter leurs revendications.
Nous privant de libertés élémentaires
Comme la pensée et le droit à l’expression.
Et les pages se tournent inexorablement
Rien ne peu l’arrêter, ni les arbitrages,
Ni les dialogues ! Des pages qui finalement
Nous mèneront tous vers la dernière page.


16:55 Écrit par Aramis-le-rimailleur dans Genéral, Littérature/Poésie, Mes Reflexions, Web | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : apocalypse, irakiens |  Facebook |