22/01/2012

l'âme des poètes ... grince ....

J'ai un jour lu que le violon était le langage de l'âme ...

le violon copie.jpg


Le violon

Quand il pleure, il peut vous arracher des larmes !
Quand il chante, il peut, aussi, crier aux armes !
Dans les villages il nous fait danser aux fêtes
Pour sa voix, on dit qu’il est l’âme des poètes.
De nos âmes, il peut interpréter les états !
Lorsqu’il joue ou pleure, il rythme nos ébats !
Les trémolos de sa voix nous font vibrer
Mais aussi sa douceur pour nous chambrer
Dans le soir murmurer une lente symphonie !
Ou pour la séduire, jouer une douce mélodie.
Il peut grincer à faire mal aux oreilles
Mais aussi nous jouer une mélopée qui réveille
En nos cœurs des sentiments, images d’amours
De doux souvenirs, des images glamours.
D’une belle femme, il a le corps et la grâce,
Des courbes que la main touche avec audace.
Des cordes que taquine la cire d’un archet
Lui faisant faire sur son corps des ricochets
Pour tirer de sa caisse des sons très typiques
Afin qu’ils ressemblent à de la musique
Qu’il soit célèbre, même un Stradivarius !
La qualité de son bois lui donne son tonus.
Mais qu’importe, pour moi, le bois dont il est fait
Les sons qu’il émet, est une musique qui me plaît.
Après qu’il ait été réglé par le diapason
Vous avais-je dit que je parlais d’un violon !

09:48 Écrit par Aramis-le-rimailleur dans Genéral, Parler de musiciens | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook |

12/01/2012

Les pierres du souvenir .....

En ce début d'année, avec son hiver clément,
J'aime me promener .. et mes pas m'ont un jour porté vers le cimetière ..
Un vaste domaine, aux tombes parfois somptueuses, ou parfois de simples croix abandonnées rappellent la mémoire des disparus ..
Et j'ai rendu visite aux nombreux amis partis en 2011 ...

img_5111_1193087999.jpg


Pierres du souvenir


Parc d’automne, des pierres du souvenir !
Parc du rappel à la mémoire des martyrs !
Pierres revisitées presque chaque année !
Pierres tombales parfois abandonnées !
Monuments élevés pour une famille.
Stèle dédiée à un enfant perdu, une fille.
Croix de pierres, de mémoire pour des soldats,
Pour des héros oubliés, tombés au combat,
Dans nos « der des der », guerres du passé.
Monuments de mémoire sans trépassés.
Pierres de carrière amenées dans les cimetières,
Déposées en souvenirs, dédicacées aux prières
À ceux qui sont parti s pour un long voyage
Et que la mort transporte sur les nuages.
Mais aussi pierres abandonnées, oubliées
Pierre bleues, marbres roses, tombes profanées
Que ces parcs et jardins d’automne sont mornes
Quand personne aujourd’hui ne les ornent
Quand les feuilles mortes tapissent leurs allées
Quand les fleurs du souvenir sont déjà fanées
Quand la triste grisaille devient toile de fond
Quand les souvenirs assombrissent nos raisons
Et que s’oublient les noms sur les tombes
Que nos cimetières deviennent des catacombes !

02/01/2012

la déchéance .. de l'homme !!! Ou la mauvaise rencontre

Les mauvaises surprises d'une promenade à Bruxelles ...
Gare centrale ... un vendredi fin de journée
C'est lui qui m'a reconnu...
Une petite pièce svp monsieur ???
Oh ...Fred .....

clodo.jpg

Devenu clochard

Il ne mangeait pas toujours à sa faim !
Il ne prenait que rarement un bain !
Pour fumer, il ramassait des mégots !
Il vivait comme un pauvre mendigot !
Pour dormir le ciel était son seul toit,
Car l’homme avait perdu son emploi !
Par sa faute, il avait perdu tous ses combats !
Par ses erreurs, il était tombé bien bas !
Pourtant, pour lui vie avait bien commencé.
Dans une famille aisée, une fortune du passé,
Des études sérieuses, un métier d’avenir,
Son chemin tracé, une voie, un devenir !
Une carrière qui s’annonçait prometteuse.
Une belle rencontre et une union heureuse !
Personne n’aurait pu prévoir la déchéance,
Qui allait le conduire à cette vie d’errance.
……
L’homme aimait la vie et ses extravagances.
De ses choix, il accumula les malchances.
Préférant de la vie, les plaisirs futiles,
Et des femmes, les amours trop faciles.
Devenant membre de sombres clubs de jeux,
Où il perdait et s’offrait ses plaisirs coûteux.
Oubliant son travail, ses devoirs de famille,
Dépensant son argent en boissons et en filles.
Lentement il descendit une pente glissante,
Vers les sales tréfonds d’une vie dégradante.
Sale, dépenaillé, mal rasé, un vrai clochard,
Je n’avais pas reconnu cette sorte de loubard
Qui me disait bonjour et me tendait la main,
Un homme avec qui j’avais joué étant gamin.
Un homme dont j’avais envié le bien-être
Mais qui ne faisait pas honneur à son ancêtre.
..
Jeune on l’appelait Monsieur le Comte de ……. !
Je lui ai donné la pièce demandée ....
Il s'était levé, il se rassit honteux ...
amour,femme,plaisirs