28/04/2009

La vie dans un livre



Avec la guerre comme berceau
j'ai grandi dans un monde en mutation
Et aujourd'hui, vieillissant, je regarde en arrière ...
me posant souvent des questions ...

livre_annote

Les souvenirs ne s’effacent pas


Comme une plume dans le vent s'envolent les idées,
Les souvenirs, nos pensées qu'effacent les années.
Et dans le livre de la mémoire de notre vie
Ne se lisent pas que des faits de nos folies.
Si leurs dégâts dans nos corps laissent des traces.
Leurs mauvais souvenirs, nous font la grimace.
Que reste-t-il donc de toutes nos souvenances ?
De ces joies, bonheurs, tristesses et souffrances,
Que notre mémoire garde pour elle en secret.
Jusqu'au jour, nous voulons, comme un indiscret,
Venir ouvrir les portes de nos vieux souvenirs
Pour des actes de notre passé redécouvrir.

Aujourd’hui encore, je pense et j’existe
Je tente parfois de rester optimiste.
Pourtant, ils sont tristes mes souvenirs du passé.
D’une jeunesse vécue dans un monde blessé.
Une adolescence passée dans les études.
Souvent accompagnée de lourdes servitudes.
Jusqu’à la découvertes des choses de la vie.
Et d’accompagner les autres dans leurs folies.
D’en vivre, avec eux, les nombreux débordements
De découvrir la femme et ses égarements.
Et ainsi emmagasiner dans la mémoire
Les images qu’aujourd’hui on essaie de revoir.

Mais tournant de ce livre les nombreuses pages
On découvre des bonheurs derrière les nuages
On se rappelle qu’il y eut d’heureux moments
Les plaisirs du partage de beaux sentiments.
La découverte d’une famille et de ses bonheurs
La satisfaction de la réussite et des honneurs.
Car si la vie réserve de nombreuses épreuves,
Si la vie est un long et difficile fleuve
Qu’il faut affronter avec détermination !
Il faut faire face à toutes les situations.
Et en oublier certains moments douloureux
Pour n’en conserver que les passages heureux.

11/04/2009

Les tourments de la vie



A l'image de ce chène plus que séculaire
la vie, l'existence de l'humanité a toujours été tourmentée..
Par les règles que des hommes ont instaurées au nom d'une religion, d'une civilisation


chnechtillon4


Des questions, des pourquoi ???


La mythologie, les dieux, les démons, les anges,
La terre, le ciel, l’enfer, le purgatoire !
Que sont donc ces fables, ces histoires étranges
Que depuis l’enfance on veut me faire croire !

Obéissance, sagesse, révolte, désobéissance !
Autant de moments de vie, de comportements
Des contraintes, des drames d’adolescence
Qu’il faut accepter sans atermoiements !

Apprendre, lire, étudier, aller à l’école
Dans des livres trouver les règles de la vie
Pour ne pas, âgé, connaître des années folles !
Et poursuivre des buts sans en avoir l’envie.

Grandir, se fiancer, se marier, vieillir !
Vivre et fonder une famille, avoir des enfants
Pour finalement s’en aller; on dit mourir !
Après avoir lutté des années durant.

Pourquoi vient-on sur terre ? On dit naître !
Pourquoi faut-il toujours de la société
Suivre des règles, qu’il faut respecter, connaître
Parce des religions ont un jour parlé d’éternité ?

Je voudrais changer ces règles aujourd’hui !
Oublier mes expériences, changer mes amours !
Et de ma vie récolter d’autres beaux fruits
Qui feraient de mon devenir d’autres beaux jours !

Mais qui et que suis-je pour oser écrire cela ?
Vouloir changer ces règles de l’évolution
Penser ! Croire que la vie n’est pas une tombola !
Et changer pour d’autres, les modes d’éducation.

Utopie, ridicule fantasmagorie de l’esprit !
Vision de capacités surnaturelles !
Rêves d’hommes qui de la vie n’ont rien compris
Parce que trop imprégnés du monde virtuel.


03/04/2009

Le rêve d'un baiser

L'homme doit-il rester toujours sage ?
L'homme a-t-il toujours le droit de rêver
à des amours passés, des amours perdus ??
peut-il comme je le fais ici, relater un rêve ..?
Qui ne sera jamais réalité ...!!!

baiser-rodin

Un seul baiser !


Pourquoi ai-je pu ainsi tendrement l’embrasser ?
Pourquoi avoir voulu lui donner ce baiser ?
Il faisait beau, le soleil brillait dans le ciel bleu.
Je me rendais à une rencontre d’amoureux.
Elle venait vers moi, dans sa robe courte et légère
Elle arrivait dans une démarche altière.
Sous l’étoffe légère, on devinait son corps
Des seins parfaits, qui s’offraient en décor.
Par la jupe légèrement fendue on devinait
Un entre jambes de rêve qui me provoquait.
Sa bouche, son sourire, ses lèvres pulpeuses
Allaient bientôt s’offrir dans une étreinte amoureuse.
Mon rêve allait-il enfin se réaliser ?
Allais-je la serrer dans mes bras et l’embrasser.
Allais-je enfin, poser mes lèvres sur cette bouche ?
Allait-elle se montrer avec moi, farouche ?
Mon cœur battait à tout rompre dans ma poitrine
Elle était proche, provocante comme Messaline !
Elle vint dans mes bras, nos bouches s’unirent
Dans un baiser pénétrant à ne plus finir ! .
Un baiser allumeur, brûlant, éveillant le désir.
Préfaçant ce que pourrait être notre plaisir.
Je sentis vite monter en moi mon envie
Je caressais son corps, ses formes rebondies.
Je ne rêvais plus, je vivais avec elle cet amour
Nos corps se fondaient dans une étreinte en plein jour !
Nous nous effondrâmes enlacés sur l’herbe du sol.
Nos bouches toujours soudées, et sans une parole
Ma main s’incérant sous sa robe ouverte
Je commençais à la caresser d’une main experte.
Mon corps contre le sien, témoignait de mon plaisir
Elle me demandait d’encore d’amour l’étourdir.
…………
Quand soudain la sonnerie retentit stridente !
Pour mette fin à mon sommeil à sept heures trente.
Mon rêve n’avait été que le rêve d’un autre rêve,
D’une femme désirable belle comme Eve.