07/03/2008

Mon premier morceau de chocolat

chocolat1

Le morceau de chocolat.


Je devais avoir 3 ans, la guerre était finie.
Je m’en souviens comme si c’était hier.
Depuis ma naissance c’était la pénurie
Chaque jour j’avais connu la misère.
La faim, les sacrifices, les privations.
Née d’un autre père, pendant ces années
Ma sœur avait pu profiter de protections
Que l’autre famille lui avait prodiguées !
Trop petit, je ne pouvais pas savoir
Et je ne connus pendant cette période
Que des repas de pauvre et aléatoire !
Que nous recevions parfois par épisode
Comme la soupe hebdomadaire du secours d’hiver
Que nous recevions à l’école catholique
Et pour laquelle nous disions la prière
Pour qu’elle nous soit profitable et bénéfique.

Mais voila, aujourd’hui, la guerre était finie
Sur la table se trouvait une chose inconnue
Une seule, car il y avait encore pénurie.
Une chose que je n’avais jamais vue
Enveloppée dans un emballage blanc
D’une forme longue et rectangulaire
Avec sur les côtés, l’image d’un éléphant
Mais à qui pouvait servir cette affaire ?
C’est notre mère qui nous le révéla.
Après avoir pris dans sa main l’objet,
Elle nous demanda : qui veut du chocolat?
Du chocolat ? Mais c’était quoi ce jouet ?
Ma demi sœur tendit la main pour le saisir.
Je regardais la mère avec des grands yeux
Des yeux ou l’on pouvait lire de désir
Le désir de connaître ce jouet mystérieux.

Lentement la mère déchira le papier blanc
Qui enveloppait cet objet énigmatique !
Et apparu une sorte bâton pas très grand
D’une couleur brune, pas très sympathique.
La mère rompit le bâton en plusieurs morceaux,
D’un geste lent, à la sœur, tendit le premier.
Elle le saisit, regarda cet objet nouveau
Le manège commençait à fort m’intriguer.
Mais la mère me tendit aussi un autre grain.
Puis elle nous dit, allez, mangez lentement.
Et d’un mouvement mesuré et lent de la main
Elle en porta à la bouche, d’un seul mouvement.
Le morceau était gros, nous ne pûmes l’imiter.
Et dans notre main, il commençait à fondre.
Elle nous les reprit, et se mit à les couper.
Elle nous demanda alors de lui répondre.
Qui veut un morceau de chocolat au lait ?
Et elle distribua le morceau plus petit.
Qu’en bouche, je pris avec un air satisfait !
Et je découvrit ainsi pour la première fois
Une saveur dont la guerre m’avait privé
Et aujourd’hui encore j’aime le chocolat
Une friandise dont je ne peux me passer.


Pour conclure, je ne reçu pas les morceaux qui restaient, la mère ayant déclaré:
Ta soeur est petite, c'est pour elle ce qui reste ..
Dans ma mémoire, je n'ai jamais oublié ce moment de frustration ..
et je partis dans mon coin, le coeur gros comme un pain,pour pleurer en cachette

Commentaires

Bonjour, Et je suis certaine qu'à chaque morceau de chocolat, il reste cette pensée amère, comme c'est dommage , que ta mère n'ai pas eu conscience de l'acte qu'elle allait poser à ce moment là...
Pour répondre à ton com, j'ai penser à la même chose que toi lorsque j'ai écrit mon texte, j'ai pensé à toi...
Je me suis dit que lorsque tu passerais me lire tu allais réagir.. Là n'étais pas mon intention, seule intention de penser à toutes ses femmes, non celles qui détruisent autour d'elles, mais elles existent, heureusement elles ne sont pas en nombres, quoique avec le temps je me demande...
Bonne soirée;
Bisoustt3kh

Écrit par : SOLEDAD | 07/03/2008

Répondre à ce commentaire

Kikou à Toi,
Du foot ce soir, alors je profite pour venir papillonner chez toi.
Tu nous racontes ta première découverte coupée d'une terrible déception.
Ah le chocolat, c'est mon péché mignon !!
Je te souhaite un excellent week-end.

Écrit par : Papillon6168 | 07/03/2008

Répondre à ce commentaire

Comme quoi, on ne se rend pas compte - parfois - des souvenirs indélébiles qu'on laisse à nos petits et que le temps n'efface pas. Le "pire" étant que ça se niche dans de toutes petites choses dont ne se rend absolument pas compte son auteur.

Écrit par : Brigitte | 07/03/2008

Répondre à ce commentaire

un morceau de chocolat, une douceur, et pourtant un bonbon acerbe si pénible à gommer.
Beaucoup ont un bout de chocolat en travers de la gorge. Sais tu le pire, c'est qu'aujourd'hui, malgré les manuels, l'éducation, les Freud et autres, il existe encore des petits bouchons qui avalent ce petit bout de chocolat les larmes au fond du coeur.
Belle soirée et tout doux WE à toi
bisous

Écrit par : nanny | 07/03/2008

Répondre à ce commentaire

Bonjour Arrivée ici après un détour chez Papillon, je trouve ce texte très émouvant... Et j'ai découvert une "ambiance" dans ce blog pleine de nostalgie, de douceur, de tendresse... C'est bien agréable...
Bon week end

Écrit par : Arcane | 08/03/2008

Répondre à ce commentaire

bonjour c'est très touchant, je n'ai pas connu cela étant née en 1950 mais je peux imaginer la souffrance endurée durant cette saleté de guerre et l'homme n'a toujours rien compris !!!!!! gros bisous et bon week-end

Écrit par : nays | 08/03/2008

Répondre à ce commentaire

Houlala je suis là avec retard aujourd'hui,mais le matin chez mes parents et des courses avec maman ,puis petit café(normal non?)après midi au jardin avec boy ,j'ai taillé mes lavandes,après je suis allé souper avec une amie pour son anniv(le couple est fichu mais elle a eu 63 ans et comme dane travaille on était seule on a été se manger une salade,miam,bonne soirée,kisous.

Écrit par : andora | 08/03/2008

Répondre à ce commentaire

Bonjour Aramis... Pourquoi faut il que l'on se souvienne toujours des choses qui nous ont fait du mal ?
Cette journée n’est pas radieuse, mais dans notre cœur, le soleil est toujours présent, si on prend la peine d’y laisser une grande place pour l’amitié !
Que ta journée soit douce !
Gros bisous et bon dimanche

Écrit par : Chadou | 09/03/2008

Répondre à ce commentaire

hum que c'est bon j'adore le chocolat.
Merci de ce petit passage chez moi. J'adore le bois et j'ai trouvé cette jolie image qui reflète deux choses que j'aime la sculpture du bois et le corps d'une femme.
J'adore également Georges Sand
Mais j'ai également un blog plus littéraire
http://estrellita.skynetblogs.be
A bientot

Écrit par : mélina | 09/03/2008

Répondre à ce commentaire

kikou Oui mes amis je vous ai abandonné pour un tout petit week-end en Vendée, (obligée de rentrer mon devoir de citoyenne m’appelé) les plages sont belles, mais comme je suis chauvine, je vais vous dire que la mer n’était pas aussi belle que dans mon sud-ouest.

Je te souhaite une agréable fin de journée, et une semaine à venir très agréable
Mille bisous à toi

Marie
http://refletsdamour.skynetblogs.be

Écrit par : Marie | 09/03/2008

Répondre à ce commentaire

vraîment émouvant ce texte aramis , je l'ai lu moi qui n'ai pas connu ça le coeur un peu serré . Je t'envoie une énorme tablette de chocolat car si tu aimes ça autant que moi , elle dure 10MN ici lolll . bisous pleins de douceur et tendresse a toi mon ami . passe une très douce soirée . Yepa

Écrit par : yepa | 09/03/2008

Répondre à ce commentaire

Bonsoir tendre Aramis j'avais juste envie de venir te déposer un bisou et te remercier pour tes gentils petits mots laissés sur mon blog, c'es tjs très touchant.
Je t'embrasse

Écrit par : baby | 10/03/2008

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Tu aimes lire ?
Je t'invite à découvrir un blog sur Paulo Coelho.
Amicalement.

Écrit par : Plume61 | 10/03/2008

Répondre à ce commentaire

Le chocolat est dit-on... ... le meilleur des anti-dépresseurs !
On a toujours besoin de chocolat chez soi !
Je te souhaite une semaine pleine d'arômes.

Écrit par : le Râleur.na | 10/03/2008

Répondre à ce commentaire

L'oiseau a son nid, l'araignée as toile, et l'homme l'amitié. William Blake
alors c'est avec toute mon amitie que je viens te souhaiter une bonne journée
bisous

Écrit par : caline | 10/03/2008

Répondre à ce commentaire

Bonsoir... ...Monsieur,
Je suis encore sous le charme de notre rendez-vous de dimanche...quel doux plaisir...
Je me promène ce soir en vos lieux onctueux car votre souvenir me manque...
Lors de notre prochaine rencontre je vous montrerais les bienfaits du chocolat quand on le malmène avec douceur :)
J'aurais plaisir à convoiter vos tablettes en sirotant un chocolat chaud.
Quant à moi je subodore déjà le chocolat blanc que vous m'offrirez.
Monsieur, gardez-vous bien en cette nuit praline.

Écrit par : Dame Ganache | 10/03/2008

Répondre à ce commentaire

Très émouvante ... cette réalité que tu as subie.
Moi, je suis né en 1948 et j'ai connu la soupe des pauvres. En revenant de l'école, je devais quitter les rangs au quotidien pour me redre chez les soeurs de la charité et y retirer une cruche de soupe. J'étais la risée des mieux nantis. Depuis, je hais les cruches métalliques et pourtant, leur contenu m'a permis de grandir ...
Très cordialement.
Jean-Pierre

Écrit par : L'esthète | 10/03/2008

Répondre à ce commentaire

salut eh bien oui, ma mère faisait comme ça aussi! Je suppose parce que sa mère faisait pareil avec elle!
Pourtant, j'ai 34 ans, mais chez nous, c'était toujours l'aînée qui devait faire les tâches ménagères (l'aînée, c'est moi, pas de bol!), s'occuper de ses frères et soeurs,...au dépant des études.
J'ai retenu la leçon, je n'agirai jamais de la sorte avec ma fille, je sais trop bien ce que l'on ressent lorsque c'est toujours le petit dernier qui a tout ce qu'il veut!
BIsou et bonne journée.
Nathalie

Écrit par : nathalie | 11/03/2008

Répondre à ce commentaire

Bonjour, Je laisse une petite trace de mon passage ce jour, pour voir si tu vas bien, mais également pour voir si la tempête n'a pas laissé trop de dégâts chez toi...
Ici, tout est ok, dehors comme dedans.
Bon mardi. Bisous

Écrit par : SOLEDAD | 11/03/2008

Répondre à ce commentaire

bonjour Aramis je comprends que tu te souviennes...
Je ne sais pas quand j'ai gouté mon premier chocolat
ce qui est plutôt associé à ma jeunesse
c'est la faim...

je me souviens tout de même
des carrés individuels très mince de chocolat nestlé
mais quand.....

personnellement je n'aime pas penser à mon enfance...
et j'apprécie particulièrement maintenant
d'avoir la possibilité de manger quand je veux et ce que je veux
sauf qu'avec l'âge et quand on n'est plus en activité
et qu'on a le temps
il faut se limiter...
râlant.

et je déteste voir les gens remplir leur assiette
et de jeter une grande partie du contenu....

bonne journée aramis

Écrit par : Francine | 11/03/2008

Répondre à ce commentaire

Je craque pour le chocolat au lait Je sais les puristes diront que le vrai est noir et amer. Mon préféré le Cote d'Or chocolat au lait fourré de noix de pécan caramélisées. 10 secondes de plaisir dans la bouche 10 ans de poids sur les hanches. Bon vendredi

Écrit par : nat | 14/03/2008

Répondre à ce commentaire

je passe te souhaiter Un tres doux week soleil mon ami tendres bisous , yepa

Écrit par : yepa | 14/03/2008

Répondre à ce commentaire

Coucou Mon doux mousquetaire et oui on s'en souvient du premier morceau de chocolat ils étaient si rare.
C’est toujours un agréable moment pour moi de passer visiter ton blog pour te dire bon week-end et belle semaine à suivre.
Méga bisous doux.
COCO !
http://cedricangel.skynetblogs.be

Écrit par : COCO ! | 14/03/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.