29/07/2007

Le banc .. nostalgie du passé ..

lebanc

Le banc


C’était un banc public, avec ses souvenirs
Un banc qui aujourd’hui encore m’inspire.
Bien situé, pour ne pas dire dissimulé,
Dans un petit square de ma belle cité.
De ma vie, il a vécu de nombreux moments.
Moments de plaisirs, mais aussi de tourments.
Adolescents, avec quelques bons copains
Souvent le soir chacun y allait de son baratin.
Pour parler de tout de rien et refaire le monde
Pour échanger, il fallait faire preuve de faconde.
Plus tard, il devint un endroit de douceurs.
Avec nos petites amies goûter au bonheur.
A l’abri des regards, entouré de feuillage
Nous connûmes ainsi les plaisirs de nos ages.
Les premiers baisers échangés en cachette
Les premières caresses données à la sauvette.
Pourtant, avec les ans, on y vint plus rarement.
Jusqu’à l’oublier presque définitivement.
Pendant des années, ayant changé d’horizon,
Du square et du banc il ne fut plus question.
Pourtant un jour, revenu au berceau de ma vie
Me promenant dans les rues, j’eus une envie
De revoir encore mon petit square et mon banc.
Certes le cadre avait changé, et aussi le banc.
Mais dans le même coin, il y était toujours
C’est avec émotion et des souvenirs d’amours
Que je suis allé m’asseoir, pour en pensées
Revoir les images de ce passé et ces soirées.
Les images oubliées des copains et des visages.
Les images furtives, filant comme des nuages.
Les souvenirs des amours que j’y avais connus
Des copains que je n’avais plus jamais revus.
Après un long instant, l’esprit nostalgique
Je me levai et partis l’âme mélancolique
Me promettant de souvent encore y revenir.
Et me replonger en pensées dans mes souvenirs.
Et aujourd’hui encore quand je me promène,
Mes pas vers mon banc, souvent, me ramènent
Pour revivre en pensées, un passé révolu.
Pour oublier l’avenir qui m’est dévolu.

18/07/2007

Que deviendra la Wallonie???

La mort du père

La Wallonie


Elle repose sur une terre de travail et d’histoire.
Elle a vécu des heures de misère et de gloire.
Elle voisine une terre qui ne veut pas de partage.
Pourtant , dans son ciel, volent les mêmes nuages.
Sa vie fut des années durant, le monde du charbon.
Sa vie fut pour ses hommes, le travail du fond.
Une terre de souffrance, de courage et de labeur,
Qui fit vivre des générations de travailleurs !
Elle vit la manifestation, la naissance
Du socialisme, du travail, la reconnaissance.
Aujourd’hui, elle essaie toujours de survivre
Alors que des voisins ingrats veulent la détruire.
Des voisins qui lui doivent leur prospérité
Alors que pendant des années, ils en ont profité.
J’ai connu des gueules noires, des mains calleuses
J’ai connu des hommes que ce pays avaient détruits.
Qui luttaient pour obtenir de leur travail le fruit !
Terre wallonne, homme de Wallonie soyez fiers,
Par les corrompus, ne vous laissez pas faire
Luttez pour montrer à vos voisins à l’esprit obtus
Que vous pouvez de votre terre tirer vos revenus
Etudiez, travaillez, pour, au monde pour montrer,
Que vous savez produire, réussir, travailler !
Souvenez-vous à ce que la Belgique, vous doit.
Souvenez-vous d’un jour quand vinrent les Liégeois,
Et ses hommes qui dans le monde lui donnèrent un nom
Qui tant de la Wallonie que la Belgique firent le renom.
Aujourd’hui terre de toutes les nationalités.
Terre de vie pour ceux qui veulent sa prospérité
N’abandonnez pas à vos voisins du nord
Vos privilèges, les bénéfices des siècles d’efforts.
Ne vous laissez pas trahir par des arrivistes
Avides de pouvoirs, qui écoutent les séparatistes.
Montrez par votre volonté et votre courage
Que vous saurez défendre vos droits avec rage.

21:38 Écrit par Aramis-le-rimailleur dans Littérature/Poésie, Mes Reflexions | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : pays travail courage |  Facebook |

13/07/2007

Il existe plusieurs formes d'amitiés ...????

amitiés

Quelle autre amitié ?

Elle m’avait ouvert la porte de son monde virtuel !
M’invitant à venir échanger, tchater avec elle !.
Et d’une rencontre dans le monde de la virtualité,
Elle proposa une relation sincère d’amitié !
Elle en avait fait le symbole de nos échanges,
Une vraie amitié, une amitié sans franges !
Nous connûmes ainsi des moments délicieux
Elle était parvenue à me rendre presqu’ heureux.
Communiquer avec elle, était un peu de bonheur.
Des moments, pour oublier et devenir rêveur !
J’en oubliais ma solitude, je vivais un espoir !
J’attendais chaque matin et encore le soir,
Les moments où nous partagions tous les deux.
Platoniquement, un vrai dialogue d’amoureux.
Des mots doux, écrits sans aucunes feintes.
Réveillant nos désirs vers une réelle étreinte,
Des mots qui perturbaient nos nuits et nos rêves !
Transportant nos corps dans le monde des plaisirs,
Que le monde du virtuel ne peut jamais assouvir !
Pourtant, deux fois seulement, j’ai pu la rencontrer.
Echanges tendres, que je ne pourrai jamais oublier.
Je vous laisse imaginer, ce que furent ces moments
Je peux écrire, qu’ils ne manquèrent pas de piments.
Les plaisirs d’échanges avec une femme séduite.
Deux moments intenses qui n’eurent pas de suites.
Pourtant, le temps passant, elle se fit plus rare.
De ses mots d’amitié, elle devenait avare.
Sa porte du virtuel commença à ne plus s’ouvrir.
Et lentement l’amitié commença à faiblir!
Puis, cesser, un jour, sans explications.
Des rencontres virtuelles, il ne fut plus question.
Et le temps passant, ne pouvant l’oublier,
Je cessais de vouloir encore une fois la retrouver.
Et pourtant de l’amitié, elle m’avait donné la leçon,
M’expliquant de l’amitié, toutes les bonnes façons.
Mais, peut-être, ne me parlait-elle pas d’une amitié,
Que je croyais synonyme de sincérité !
Et aujourd’hui que me reste-t-il de cette aventure ?
Une bonne leçon, à retenir pour le futur !