28/09/2006

Ignoré de Skynetblogs

Le blog c'est quoi pour moi ????.
Ma façon de vous le dire ...
ce sera long à lire
vous ne vous y retrouvez pas tous
mais à tous j'ai pensé..
Pourtant je ne vous ai jamais encore rencontré ..
et de Skynetblogs comme beaucoup d'autres j'ai toujours été ignoré
Mais que voulez vous, je ne suis déjà qu'un viel homme oublié

solitude


Le SKYNETBLOGS

Je suis venu de nulle part pour entrer dans ce monde.
Dans ce monde abstrait, insondable du contact virtuel.
Je suis venu ainsi un jour rencontrer ceux qui à la ronde
Ont aussi tenté ce milieu aux contacts inhabituels.
J’y ai rencontré des âmes mélancoliques, des âmes tristes
J’y ai rencontré des êtres spirituels, mais aussi des sots.
J’ai lu les mots de détresses, des mots parfois sinistres.
J’ai regardé les visages que montraient des photos.
Mais était-ce leurs visages, parfois de très beaux fruits.
Anonymes, souvent derrière le masque insondable de la toile.
Les "ils" ne sont-ils pas des "elles", et les "elles" des "lui".
Combien de ces femmes lèvent-elles pour nous leur voile.
Les noms, des "pseudos" révélateurs de leurs âmes
Des noms de fleurs, ou comme une Anaïsorchidée,
Un nom donné à une fleur. Des noms comme des flammes
Qui viennent occuper des moments de nos journées !
Comme Bloodflower qui est à la fois sang et fleurs.
Et ceux qui sont l’image de leurs nouveaux domaines
Nous montrant comme Chadou des chats, la douceur !
Et les noms souvent changent au cours des semaines.

On les retrouve dans les rubriques qui nous sont proposées

Il y en a pour tous les goûts, allant de l’art à la philosophie
Avec leurs auteurs recherchés comme Mandala, le sage.
Mais des blogs nous parlent de vacances, de gastronomie
Ou comme pipette nous promènent dans les nuages.
Et quand la nature s’en mêle, elle nous offre un sapin-vert .
Mais, il a l’amour et l’amitié, l’expression de la sentimentalité.
Des mots brefs qui viennent nous montrer des cœurs ouverts.
Ceux Caroleetsesmots qui sont ceux de sa féminité.
Les mots variés des mères, ces superwomen de leur famille
Qui viennent nous dire comment elles vivent leur quotidien !
Ces mamans qui nous racontent de leur vie les banderilles
Pour assurer autour d’elles le bien-être et apporter soutien !
Je viens vous lire toutes et tous, comptines et commentaires
Ils sont souvent plus qu’amicaux, et apportent du bonheur.
Ils viennent de partout, ils sont anonymes parfois vulgaires.
Mais ils m’apportent souvent du baume et de la paix au cœur.
Il y a ces pseudos qui font rêver d’amour et d’évasions.
Des pseudos imaginés qui sonnent comme des noms d’îles.
Manu-reva qui est comme source de lointaines passions
Pour s’évader d’un monde trop matériel, trop laid, trop vil.
Ce monde possède des pseudos qui ne veulent rien nous dire.
Les Dyfuca, Sioran qui nous servent de la vie de bons clichés.
Ou encore paniers de découvertes qui sont domaines de plaisirs.
Les Sac à fouille qui se renouvellent avec leurs variétés.
Je pourrais en citer beaucoup d’autres, car je les visite tous.
Je pense à ma loubabylou , ce gentil Duke, de JazzFan.
A celles trop rares qui ont eu l’heure de faire battre mon pouls.
Et qui me laissent un goût de l'amitié amer et décevant.
Mais je vis cette vie du blog, dans ma solitude profonde
N’ayant jamais eu le plaisir, a Skynet, d’un tableau d’honneur
Je reste un lecteur assidu de tous vos mots et facondes
Et cela encore aujourd’hui suffit à me combler mes heures !


24/09/2006

 Un voyage à ROME


Fin d'un beau voyage

Les plus belles choses ont toujours une fin
Mais elles laissent de beaux souvenirs ...
Et comme Ulysse qui fit un beau voyage
Je reviens plein d'images et de visions
Qui demain, mes mots déchaîneront..
Et mes pinceaux animeront...

Arc de Constantin


Des pierres .. des monuments

Il ne restait que des vieilles pierres,
Et de ces pierres, ils en firent des ruines
Ils sortirent les ruines à la lumière
Qui par les temps furent lavées sous les bruines.
Après des années, elles devinrent des vestiges.
Des images, des temples aux dieux, des bâtiments
Elevés à la gloire des hommes pour leur prestige.
Taillés, sculptés dans le marbre, ils sont monuments
Aujourd’hui vestiges du passé, visités, admirés
Par ceux, à qui cette civilisation donna naissance.
Défilé d’hommes, de femmes, par elle éduqués,
Venus dans ces pierres chercher reconnaissance
Aujourd’hui, des racines de leur savoir être.
Retrouver dans ces paysages imaginaires
Leurs origines et des raisons de pouvoir en être fier.
Mais il n’y avait pas que ce passé bimillénaire.

Car au-delà de ces vestiges d’un passé révolu
J’ai découvert la ville, ses places, ses fontaines
Et ces églises qui montrent des hommes nus
Des êtres de marbres aux attitudes surhumaines.
Je me suis promené dans les rues, les ruelles
Je me suis arrêté aux terrasses des trattorias
Assis, buvant mon café, j’ai regardé les belles
Et les autres aussi, un monde loin du prolétariat.
J’ai découvert comment vivre une autre vie,
Prendre de chaque instant un moment de plaisir
Je me suis laissé aller, sans aucune nostalgie,
A jouir intensément de ce monde à redécouvrir.
Je jouissais enfin un vrai moment de détente.
Et oubliant , tracas, soucis, sans aucunes fredaines
J’ai passé une agréable semaine ardente
Dans la cité des palais et des ruines romaines.


05/09/2006

la nuit est une femme

La nuit peut-être comme une femme ...!!
Sensuelle, mystérieuse, impénétrable ..
Elle peut aussi être cruelle, mortelle..!
Mais quand elle est douce ... elle devient mon amie

NOEL


La nuit ..

La nuit est une douce et tendre amie sincère
Dans les bras de laquelle j'aime me blottir
Pour fuir les tourments d'une vie amère.
Et retrouver en rêve des moments de plaisir.
J'aime contempler le ciel et les étoiles
Regarder la lune, et deviner ses mystères.
J'aime quand les nuages la couvrent d'un voile
Lui donnant des aspects d'une nymphe adultère.
J'aime pénétrer dans sa profonde noirceur
Pour y oublier de la vie, les tristes images
Pour enfin plongeant dans ma nocturne torpeur
Rêver, à tourner demain une nouvelle page.
La nuit est une caverne, obscure, mais pénétrable
Dont j'ai fait mon domaine secret, mon désert
J'aime de ses mystères, le caractère inviolable
J aime aussi ses savoureux plaisirs en dessert.
La nuit est le monde de ma fantasmagorie
Ou je retrouve, les images de mes belles-de-jour.
Le monde fantaisiste où j'ai vécu tant de folies
Et où j'ai parfois avec délice goûté à l'amour.
La nuit est une maîtresse infidèle et gourmande
Transformant nos rêves en obsédants cauchemars
Ou en folles nuits de débauche et de sarabandes
Où nous ont conduit nos fredaines de fêtards.
La nuit, pour moi, est une amie douce à mon coeur
Avec qui j'aime passer des moments, et rêver de bonheur.
Rêver ainsi à de nouvelles folies, qui me feraient être
Qui me sortiraient de mon ennui, me feraient renaître.