30/09/2005

Amour pour une Lune

La lune a toujours exercé une certaine fascination sur les hommes (au sens large), et sur les poètes en particulier ..
J'ai parfois parlé de Dame Lune dans le passé ...
Mais en ce présent, c'est d'une Lune troublante que je veux parler ..

La lune en rêve



A une LUNE ROUSSE

Labyrinthe dont je ne trouve pas le chemin.
Univers de mon abstrait, de mon virtuel.
Navigant dans l'océan de mon difficile destin.
Egérie amoureuse de mon esprit trop rebel
Reine des fantasmes de mes longues nuits
Obsédante maîtresse de mes sens en éveil
Utopie de mes rêves toujours inassouvis
Sirène, aux chants doux comme le miel
Sublimant mes rêves de vieux perverti
Enivrante chimère, de tes mots tu me rajeunis.

25/09/2005

Moi cet artiste poète


Je n'ai jamais rencontré ce poête dont je vous raconte la rencontre ...
Pourtant comme j'eusse été heureux, d'être cet artiste poête et me rencontrer ainsi ...
Et comme j'eusse aimé avoir l'apparence de cet homme au cheveux long et blanc ...
Un artiste qui ne dessinerait pas, un poête qui n'écrirait pas ...
Mais qui vivrait sa vie comme un artiste et un poête
Mais je ne suis que moi .....
Et aujourd'hui, comme hier, et comme demain je vis ce moi ...

L'artiste poête


L' artiste poète

Aujourd'hui, j'ai rencontré un vrai poète.
Un poète de la vie, de la belle nature.
Un poète pour qui soleil égal fête,
Pour qui chaque fleur est parure.

Aujourd’hui, j’ai rencontré artiste,
Il m’a bien parlé du laid et du beau
Il peint les paysages comme un aquarelliste
De la nature, il nous fait des tableaux

Il peint la mort, le vie avec ces mots
Qui sont autant de beaux paysages.
Qu’habitent des fleurs et des oiseaux
Qui nous font rêver de partir en voyage.

Sa poésie est couleurs, scintillements
Qui viennent s’éclairer dans nos esprits.
Pour nous montrer son enchantement
Qui s’embellit encore quand on l’a compris.

Sa poésie est parfumée de senteur
Des parfums de douceur et d’amour
Vous apportant des moments de bonheur
Qui se renouvèlent comme les jours.

Sa poésie chante des sentiments
Elle est aussi parfois une prière
Qu’il récite, et qu'il répète très souvent
Pour dire à une dame qu’elle lui est chère.

Pourtant mon poète n'écrit pas avec une plume
Ses poèmes sont les moments de sa vie
Qu'il raconte avec sa voix du fonds des brumes
Quand on le rencontre dans les prairies

Mon artiste, ne dessine pas, il n'a couleur, ni crayon
Son papier, ses toiles sont dans ses yeux
Pour peindre de la vie et de la nature ses visions
Il choisit toujours les moments les plus heureux

Et il est reparti vers son destin mon poète artiste
Il a repris les chemins, vers de nouveaux demains
Il continuera sa vie de bohème, de fantaisiste
Un chemin qui ne s'arrètera qu'avec sa fin.

23/09/2005

La chaine pour Babylou

 

17:46 Écrit par Aramis-le-rimailleur dans Genéral | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

19/09/2005

Une fleur de mon jardin


FIN de SINISTROSE ....
Je ne suis pas qu'un nostalgique de mon passé ...
quand j'écris, je vis aussi au présent ..
Et les sentiments que je vis, sont ceux des autres aussi ..
et je voudrais pouvoir encore les vivre très lontemps .. longtemps ... longtemps ...

Azalées de mon jardin


Des fleurs toute l'année.

Dans mon jardin, il y pousse des fleurs
De la famille, elles font le bonheur.

Elles sont les messagères des saisons
Elles ont leurs places dans la maison.

Premières, les perce-neige, timidement
De l'hiver annoncent le changement.

Quand de terre sortent les crocus !
C'est déjà pour saluer messire Phébus.

Bientôt, dans le pré, naissent les pâquerettes
Avec lesquelles on vous raconte fleurette !

Quand sur les chemins fleurissent les myosotis,
On en fait des bouquets pour nos mamys.

Quand poussent les grandes tulipes,
Le papy en fait des jolies pipes.

Les muguets de mai, portent bonheur
Leurs clochettes sonnent à nos petits coeurs.

Mais fleurissent déjà, pour les mères, les lilas.
Le moment de préparer les bacs de surfinas.

Au printemps, quand fleurissent les roses
Des pétales on fait de l'eau de rose

Sur leurs pétales, le matin les perles de rosées
Son des diamants pour la femme aimée.

Les parterres sont décorés de bégonias
Ils donnent beaucoup de travail aux papas.

Quand plus tard fleurissent les lys,
Des bouquets ils font les délices.

En été, les bluets sont en concours
Avec le bleu du ciel, pendant le jour.

Dans les champs, les coquelicots rouges
Au moindre souffle de vent, bougent.

Dejà presque l'automne, la fin des dahlias,
Dans certains coins poussent encore des canas.

Mais, l'automne vient, les fleurs s'endorment
D'un long sommeil, pas besoin de chloroforme !

Pour laisser passer l'hiver et ses frimas
Et laisser la place aux jouets de St Nicolas.

17:19 Écrit par Aramis-le-rimailleur dans Littérature/Poésie, Mes saisons, Scènes de la vie | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

16/09/2005

L'homme et ses interrogations ????

To be, or not to be: that is the question:
Whether 'tis nobler in the mind to suffer


Pourquoi dois-je ainsi toujours me poser des questions ...????

To be or not to be


Le triste philosophe

Mais qui suis-je donc?
Mais que suis-je donc?
Mais pourquoi suis-je donc?

Je ne suis rien, ni poète, ni romantique!
Je ne suis pas un mélancolique!
Je ne fais pas rire, je ne suis pas comique!

Je ne suis qu’un triste solitaire!
Qui ne sait jamais se taire.
Qui n’essaie même pas de plaire.

Si ne suis qu’un pauvre lampiste!
Qui ne voit rien en optimiste.
Qui, parfois joue à l’artiste.

Je flirte sans cesse avec la peur!
Je ne sais pas écouter mon cœur.
Je ne sais pas ce qu’est le bonheur.

Je crains l’existence, je crains la vie.
J’existe sans espoir, je vis sans envie.
Entre solitude, tristesse et folie!

Je ne pense pas aux demains.
Je végète comme un simple crétin.
Aux autres je sers de larbin.

Comment vivre un avenir,
Quand on à perdu le plaisr,
Et que l'on accepte de dépérir.

Quand, ne reste des amours du passé,
Que souvenirs qu'on n'a pas effacés
Et que rien, que personne n'a remplacés.

Mais arrêtons cette sotte litanie.
D’une confession pas encore finie
D’un individu enfermé dans sa philosophie.

Un individu qui vit sa solitude.
Qui en subit les incertitudes.
Qui vit de la vie les vicissitudes.

07/09/2005

L'amour virtuel .. l'amour platonique

je viens aujourd'hui avec un autre exercice .. vous parler de la manière virtuelle d'aimer.

mise au point du 10/09 ..
pour lever toutes les ambiguités sur ce post ...
je ne m'adresse à personne en particulier ...
comme je l'ai déjà dit ce blog n'est pas toujours le reflet de moi ...
simplement, que j'aime discuter, parler, badiner, dire des gentillesses, des galanteries qui plaisent, philosopher ...et réfléchir .. sur les sentiments et la vie ..
Si j'avais un amour sincère et platonique, ce n'est pas ici que je viendrais en parler ..
Je voudrais simplement rappeler que l'amour platonique n'a rien à voir avec l'idée platonicienne ...
et que moi j'ai besoin d'aimer vraiment, de ressentir des émotions fortes pour être capable d'écrire, de dessiner, de peindre ..
enfin pour conclure, je vous dirai que je n'ai jamais rencontré aucune des personnes qui viennent régulièrement commenter sur mon blog ...
mais j'apprécie beaucoup leurs commentaires.
Et parfois, je resessens des émotions ....!!!!!!!

Platon




Aimer d’amour virtuellement


Avec mes mots pénibles, je viens encore vous entretenir,
Pour vous poser une question, voudrez-vous y répondre ?
Je lirai tous vos commentaires avec grand plaisir
Qu’ils viennent me dire que j’ai raison ou me confondre !

Je vais parler d’une conception philosophique de l’amour.
De ces amours impossibles, de ses amours orphelins.
L’histoire est faite d’exemples de ces chansons d’amour.
De ces tristes amours qui ne trouvèrent jamais leur chemin.

La poésie et le prince des poètes en tête avec des mots,
Chantaient aux belles inaccessibles l’amour de leur cœur.
Ronsard aimant Marie, et Genièvre se refusant à Lancelot !
Qu’ils sont nombreux à avoir ainsi languit sans bonheur !

La littérature, parle d’amour de la rose, d’amour courtois.
Mais pour le citer, évoquer et rester plus classique.
Parler de ces amours qui laissèrent les flèches au carquois.
Je voudrais ici parler de l’amour sans, de l’amour platonique.

Du sincère amour inavoué de Cyrano pour Roxane,
De ces amours fous qui sont aussi un adultère cérébral.
De l’impossible amour de Buckingham pour la reine Anne.
De ces amours qui parfois donne vie à un rêve infernal.

Croyez-vous aujourd’hui, encore, qu’il soit possible,
D’aimer sans rencontrer, sans voir, sans consommer.
De crier avec des mots, sans que cela soit risible ?
Ma bien aimée, je viens ici virtuellement vous aimer.

Je voudrais vous aimer et vous donner mon cœur,
Voudrez-vous en échange, me donner de votre temps
Pour que je vienne vous conter le virtuel bonheur
Que vous lire, m’apporte un nouveau printemps.

Croyez-vous qu’il soit possible dans un monde virtuel
De vivre un amour platonique, fait d’échanges, de mots
D’éprouver des sentiments d’amour fort et réels,
Qui seront partagés et dont l’autre recevra l’écho.

20:24 Écrit par Aramis-le-rimailleur dans Littérature/Poésie, Mes Reflexions, Rimes sur Amour | Lien permanent | Commentaires (48) |  Facebook |