30/06/2005

les cocu(e)s du WEB

invitation29.jpg

Les cocus du WEB

Elles cherchaient, elles l'ont trouvé ..
Jusqu'au jour où il fallut arrêter
..................
..................
Un jour un galant qui aimait marivauder
Vint ici de ses aventures vous entretenir.
Et des fenêtres s'ouvrirent pour échanger
Sur les passés, le présent et les avenirs.
Le jour et le soir aussi, ils se retrouvaient
Pour un dialogue aveugle et virtuel
Et jamais malgré les mots,ils ne se voyaient
Les contacts restaient figés en pixels.
Les mots lancaient des traits de Cupidon
Enfin c'est ce que naïvement il croyait
Mais ce n'était que rêves et illusions.
Car de lui, derrière leur PC, elles se moquaient.
Et cela continua pendant un certain temps.
Par des contacts parfois de plus en plus chauds
Leurs rencontres devenaient un passe-temps.
Jusqu'au jour pris à ce jeu de godelureau,
Le galant osa les mots qu'il ne fallait pas
Des mots gentils, qui avaient fait leurs délices
Mais qui pour d'autres révélaient leurs ébats
Qu'ici elles pratiquaient avec malice.
Les fenêtres se fermèrent, les contacts bloqués.
Les échanges sans explication interrompus.
Et le galant dans ses illusions trompé
N'eut plus qu'à son tour à s'en aller confus.
S'interrogeant sur les motifs de ces ruptures
Quels mots ainsi lançés comme tant de fois
Etaient la cause de la fin des aventures
Et mettaient fin à ces contacts grivois.
........
Un mot, pour servir de faux prétexte.
Un mot, pour tout couper, tout effacer.
Un mot, écrit dans un petit texte.
Un mot, pour ainsi pouvoir arrèter.

25/06/2005

Les femmes à la plage ....


En vacances nous avions le plaisir de regarder, soit sur la plage ou au bord de la piscine ces femmes de tous âges (majorité d'allemandes) s'offrant à nos regards
pour les retrouver alors en soirée au club ... mais habillées, souvent de façon suggestives ....

bof on ne vit bien qu'une fois ...

La plage et les femmes


Le soleil et la plage


Femmes que vous êtes jolies
Quand le soleil brille dans vos vies.
Femmes que vous êtes belles
Dans vos robes légères comme des dentelles.
Femmes que cet été fait fleurir,
Pour nos yeux et notre plaisir.
Vos corps désirables à peine dissimulés
Sous les fleurs de vos déshabillés,
L'été vous transforme en des fruits
Dont les images viennent hanter nos nuits.
Vos corps en ces jours de soleil
Prennent des formes douces comme le miel.
Oubliant toute pudeur, sur les plages,
Vous offrez à nos regards les images
De vos corps alanguis et désirables.
Nous laissant des souvenirs inoubliables.
Nous aimerions comme avec des fleurs
Faire de vous des bouquets de bonheur
Que nous pourrions regarder tout l'été
Vous admirant comme des divinités.
En n'oubliant que le temps passant
Vous perdrez ces attraits attirants,
Qu'avec le temps, comme les fleurs
Vous changeriez d'aspect et de couleur
Pour vous dissimuler à nouveau
Sous vos lourds oripeaux
Réservant pour un an, à vos maris, vos amants
Ce que nous n'avons vu que l'espace d'un moment.


de moi.... retour cruel aux réalités de ma vie

22/06/2005

Mes chemins de l'utopie

Chemins de l'utopies




Elles ont écrit le mot "Fin"
Mes chemins de l'utopie


Il faut savoir accepter le mot: fin !
Car tout doit, un jour, avoir une fin.
Il faut savoir un jour cesser de dire
Il faut une jour savoir cesser d'écrire
Les jeux de la vie, les jeux de l'amour
Doivent avoir une fin et cesser un jour
Leurs mots, qu'ils soient d'esprit ou du coeur
En sont souvent des interprètes trompeurs.
Le plus long des chemins se termine.
Il y a trop longtemps que j'y chemine.
Après l'amitié qui sert de dérobade,
Je ne veux plus continuer ma balade.
N'étant rien de plus qu'un scribouillard,
Je crois que je m'arrète déja trop tard.
Après avoir été aventureux et mal compris,
Aujourd'hui, je déchante et et suis contrit.
Car, par mes mots, après avoir tout perdu
Je me retrouve finalement l'esprit à nu.
Il me reste la solitude de l'hermitage.
Il me reste les fantasmes de mon vieil age.
De mon lointain passé,des souvenirs,
Des femmes que j'ai aimées à en souffrir.
........................Mais .............
Oublions, un moment, que la vie
N'est en fait, qu'une vaste comédie.
Ne rêvons plus de nos foles fantaisies.
Et pensons un instant que nos folies,
Ne furent que des utopies.
Pensons aussi que la vie peut être jolie
Ne nous enfermons pas dans la misanthropies.

18/06/2005

les rencontres du 6xV

Rencontres WWW


Sur le web, que d'histoires ont commencé,
pour finir comme celle-ci!

Petite histoire du web.

Ouf, se dit-elle !!!
Il ne viendra plus.
Aurait-il compris ??
Il n'y a pas de souvenirs, pas de traces, pas d'avenir dans le virtuel ...
L'incognoto des pseudos, a permis que cette page se tourne ....

Tout avait commencé, bêtement par une drague sur un chat ..
Elle lui répondait, elle lui laissait croire ...
Comment pouvait-il croire que l'on pouvait être la femme d'un seul homme ???
Pourtant ses mots, à lui, paraissaient sincères ...
Ses propos étaient très galants, très gentils,
Mais intérieurement, derrière son écran, elle en riait ....
Elle ne lui avait jamais rien laissé croire à lui ...
Mais pourquoi en est-il arrivé à croire !!!
Que lui aurait-elle dit ????

Les premières rencontres, n'étaient que du badinage ...
Mais on ne badine pas avec l'amour ... elle le savait ...
Aurait-elle du aller parfois aussi loin dans ses propos, ses échanges ? ...

Pourtant, utilisant du net les outils !
Les rencontres virtuelles se multiplièrent ..!!
Elle ne peut oublier les mots qu'elle a parfois écrits ici ...
pour d'autres .... et qu'il croyait pour lui...

Pauvre idiot, il ne savait pas que le web, n'est qu'un piège ...
Il ne savait pas que le mensonge et la duperie en sont les ferments ...

Quand elle lui ai dit de cesser, pourquoi n'a-t-il pas compris tout de suite ...
Peut-être a-t-il cru qu'il se trompait,
pour sauver les apparences elle lui proposa une relation amicale..
Une relation alors qu'il lui disait qu'il l'aimait !!!!
Pour qu'il ne puisse plus la voir, son contact elle bloqua ...

Mais les mots, qu' ici encore venaient, ne lui étaient pas destinés, ...
ils ont du lui faire enfin comprendre ...

C'est pour cela que la page est tournée ...
Elle ne sait même pas quel souvenir elle lui laissera ...
Mais cela n'a pas d'importance ...
La toile est grande ...
les occasions ne manqueront pas ...
Avec un autres ou des autres elle recommencera ....

Fin ... End ... Einde ...
Finita la comedia