16/03/2005

Je n'ai pas eu de vieux ..

j'étais ce gamin

je n'étais qu'un gamin,
mais j'avais mon chien
devant cette photo, pourquoi dois-je encore me souvenir ???
souvenir triste, d'un passé triste, d'un présent triste, d'un avenir triste aussi ...



Je n’ai pas eu de vieux !


Pourquoi cacher une terrible réalité ?
Pourquoi ne pas dire un jour la vérité ?
Ma vie ne fut pas qu’un beau rêve
Elle ne fut que moments de trêves
Elle ne reste qu’une lutte pour la vie
Dont je noie l’oubli dans ma survie.

Guichard chanta un jour : Mon vieux,
Moi je n’ai pas eu de vieux,
Ma première jeunesse fut amère
Ma mère n’était qu’une fille-mère
Je ne pus jamais lui dire maman
Car elle me préférait son amant.

C’était une vie de misère, c’était la guerre.
Je devais vivre l’absence d’un père
Jamais, je ne recevais une douceur.
Je vivais dans l’ombre d’une sœur
Qui de ses caprices et ses méchancetés,
Ajoutait à ma vie d’enfant rejeté.

J’étais, petit, chétif, souvent mal vêtu.
Par les autres enfants, souvent battus
Je me réfugiais souvent dans mon coin
Refoulant ma peine, mon mal, mon chagrin
Ne comprenant pas j'étais si seul, mais pourquoi
Personne ne me regardait, ne voulait de moi.

Plus tard grandissant, rien ne changea
Trop faible, de ma vie rien ne bougea
N’ayant, jamais d’une mère, eu l’amour
Je me demandais si je connaîtrais un jour
Dans ma pauvre vie, un peu de bonheur.
Si enfin, je rencontrerais l’âme sœur ?

Si par mon travail, j’ai réussi et percé,
Si par mon courage au sommet, je suis arrivé
Si par le vaste monde, j’ai trouvé parfois
Un peu de bonheur, un peu d'amour et des joies
Si, je fus même comme supérieur reconnu
Et par les autres appréciés et bienvenus

Je n’ai pas su trouver le vrai amour.
Je n’ai pas su me faire aimer un jour.
Celle à qui un jour j’ai tout donné
M’a rapidement dans l’oubli rejeté.
Et aujourd’hui dans ma triste solitude
Je vis de mes pauvres turpitudes.

Je ne serai plus jamais d’une femme aimé,
Je ne pourrai d’un amour être consolé
Je devrai ainsi longtemps jusqu’à la fin,
Ma peine porter sur mon dernier destin
Sans espoir, vivant de mes seuls ennuis
Pour trouver un jour le repos dans ma nuit


pourquoi ai-je donc un jour écrit cela???

Commentaires

touchant,émouvant... ...si tu l'as écris c'est que tu en avais besoin et nommer ses peines et ses joies peuvent faire énormément de bien au coeur et à l'âme même si on n'en guéri jamais tout à fait... la femme peut être cruelle mais celle qu'il dont tu as besoin existe quelque part ...Un jour viendra...

Écrit par : baby | 19/03/2005

Répondre à ce commentaire

... tout dabord je voudrait te remercier d'etre venu sur mon blog..
et je voudrait aussi te dire que l'article de mon blog ou tu a mis un commentaire ce n'est pas moi qu'il l'ai fait.j'ai trouvé sa tellement beau et que sa exprimais tout a fait se que je ressentait que je l'ai mis..mais sinon la plupart des autres ont de moi...
passons a ton blog ;-) bein jle trouve super beau,emouvant,tres bien quoi! jte souhaite bonne chance pour la suite de ton blog.
allez,@++

Écrit par : titilde | 26/03/2005

Répondre à ce commentaire

pas besoin je ne vais pas faire de brouillon à mon habitude, du moins pas sur papier, le brouillon, c'est dans mes pensées. à cet instant précis, les cloches sonnent dehors, je n'ai alors pas besoin d'écrire, de là où tu es, tu les entends toi aussi. Ce sont les memes.

Écrit par : arvaa | 21/05/2005

Répondre à ce commentaire

attends je vois un petit chien à ton pied droit/gauche
un visage brisé à ton pied gauche/droit
un petit avion au dessus de ton épaule droite/gauche
des doigts qui font victoire et un visage dans un coeur à ton coté gauche/droit
un extraterrestre (ou un robot?) au dessus
des ailes à ta tete, des ailes à ton dos
la tete qui bloque les rails

Écrit par : BB | 26/05/2005

Répondre à ce commentaire

pardon tu as une femme caline, des femmes aux sourires malicieux entre elles, une vache qui te fais un bisou dans le cou, des lions, des lionceaux, un chat borgne, des singes, dont un plus que réel, des phares ou des hélisses d'hélicoptère sur ta tete, mais ta mèche te rentre dans le front, ton lacet te poignarde, tu saignes du genoux (droit/gauche?). par ces mots, en voyant un zoo, je te tue, alors que l'enfant en toi est bien vivant, je n'ai pas le droit, juste pas le droit. Pardon

Écrit par : pardon | 26/05/2005

Répondre à ce commentaire

!!! dieu, le moine, mona lisa, l'aigle et le hibou...le parapluie

Écrit par : sans nom | 26/05/2005

Répondre à ce commentaire

excuse-moi j'ai trop de choses à dire, faut que j'aille me coucher

Écrit par : sb | 27/05/2005

Répondre à ce commentaire

Superbe Je trouve que tu as écris ce qui est trop dure a dire ... ce que sur mon blog je n'ai vraiment fait que sous entendre merci pour ton com et a t aprochaine visite

Écrit par : elodie | 17/04/2006

Répondre à ce commentaire

Je vous découvre...aujourd"hui et je suis heureuse de cette découverte.
Ce texte est émouvant de verité,de sincerité...
Encore merci.
Maria.

Écrit par : Maria | 18/08/2008

Répondre à ce commentaire

Ecoutes , j'ai suivi ton conseil....Et je suis venue te lire au début!que tu écris bien mais quelle vie d'enfant triste! je comprend pourquoi tu me mets que tu sais ce que c'est de courbé l'échine!!!La vie n'est pas un long fleuve tranquille et malheureusement on est pas tous égaux devant la vie! Ce que je trouve super c'est que tu es arrivé à écrire ta douleur...Bravo à toi et plein de bisoussssssssssssss

Écrit par : gootchai | 30/05/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.